« L’ILE À L'ENVERS »
Jocelyn Maltais, Alain Laroche (Alma)
Dates et lieux :
Tacon-Site du mythe
14 août 05 - CHAM, 243 Hébert, Desbiens
12h à 16h pour la prestation
16h à 17h pour les experts sur les mythes Tacon-Site des semences (F. Lemoine) :
10 sept. 05 - 12 h à 17h
CIAR, 281 St-Louis, Métabetchouan
Tacon-Site de la francophonie (JF Simard) : 24 juin 05 - municipalité d’Héberville
Tacon-Site des routes d’eau :
20 août 05 - 9h à17h Odyssée des bâtisseurs 04 sept. 05 - halte vélo rg St-Isidore, Hébertville; 30 sept., 1 et 2 oct, 05, - 9h à 17h
Journées de la culture, installation du VOILE/ TOILE qui demeurera jusqu’en décembre sur le site de la Maison des Bâtisseurs
Tacon-Site du génome humain
14 juin 2005 - CNE
Le territoire jeannois est UNE ÎLE À L'ENVERS. C'est à dire, une eau entourée de terre. Le jeannois est un insulaire, son territoire est bouclé et son regard porte vers l'intérieur. Il est une PIERRE qui a subi l'épreuve du FEU SACRÉ. Il est une PIERRE enracinée dans sa TERRE MÈRE. Il est une PIERRE qui parle une langue des PEUPLES FRANCOPHONES. Il est une PIERRE qui est PORTÉE sur les routes d'eau. Il est une PIERRE marquée d'un PATRIMOINE CODÉ. Cette œuvre s’inscrit dans le grand projet Événement-Ouananiche.



Os brûlé
Michaël La Chance, Cindy Dumais
Participants : Guillaume Asselin, Sophie Belair, Clément, Nicole Bouchard, Carol Dallaire, Cindy Dumais, Guillaume Langlois, Richard Martel, Pierre Ouellet, Christine Palmiéri, Laurent Pilon et Richard Robertson.
Dates et lieux :
20 août 2005 19h sur le site de la Maison de l’environnement, __ rue Price E.
Le projet Os brûlé convoque l’histoire,
l’interprétation et l’événement.
La scapulomancie (divination par les ossements) remonte à plusieurs millénaires. Dans la région, chez les montagnais, la lecture des os brûlés explorait les craquelures et les taches sur des omoplates de gibiers. Cette lecture avait une valeur mantique, pour faire des prédictions sur la vie future ou pour choisir des
territoires de chasse.
Sur le site historique du moulin de Chicoutimi (rue Price), des artistes et des anciens de la communauté montagnaise de Mashteuiatsh
brûleront une série d’omoplates de gibiers qui seront ensuite interprétés par ces derniers et mis en lettres par des écrivains.


Territoires transmissibles
Guy Blackburn et Marie-Ange Thériault
Dates et lieux :
9 au 23 août 2005; Lieux aléatoires; présentation fi nale à la Galerie Séquence du 6 octobre au 13 novembre.
En collaboration avec Espace virtuel

Réaliser la rencontre de deux langages, deux mesures territoriales, sorte de superposition métaphorique de deux territoires qui, à première vue sont diamétralement opposés, dans
leurs dimensions et dans leur capacité à se rencontrer. Le territoire génétique et le territoire géographique.
Sur le territoire de l’art, produire cette rencontre métaphorique pour y introduire une mise en question des savoirs et des nouvelles façons d’imaginer le corps comme porteur et transmetteur des spécifi cités territoriales.



La volée de dérive
de l’autre Skagahmen”
Daniel Dutil, Diane Laurier (Saguenay)
Dates et lieux :
2 octobre 2005 12h à l’Anse St-Étienne, Petit Saguenay
Saguenay. Venant de Skagahmen voulant
dire, la glace est percée. Un vaste territoire portant encore les cicatrices profondes du passage des glaciers.
Octobre. Les grandes marées. Les rassemblements des oies blanches inscrivant dans le
ciel le signal des partances éminentes,
Un site: L’Anse-St-Étienne. Un village fantôme totalement décimé par un incendie au moment où la compagnie se préparait à fermer l’usine. Le 2 octobre, une trentaine de glaces alignées en forme de V prendront la rivière à la marée montante et délivreront des “objets de dérive” qui poursuivront la route, jusqu’au moment où, peut-être, quelqu’un, quelque part, trouvera le message poétique que renferme ces
objets. Ramenant ainsi, en terre de Skagahmen, l’identité du dérivant qui, tel ces hommes de la «Société des 21» porte en lui la force de rebâtir et de dévier l’exode.
Réaliser la rencontre de deux langages, deux mesures territoriales, sorte de superposition métaphorique de deux territoires qui, à première vue sont diamétralement opposés, dans
leurs dimensions et dans leur capacité à se rencontrer. Le territoire génétique et le territoire géographique.
Sur le territoire de l’art, produire cette rencontre métaphorique pour y introduire une mise en question des savoirs et des nouvelles façons d’imaginer le corps comme porteur et transmetteur des spécifi cités territoriales.







Faits saillants

Programmation
Version imprimable



Trafic’Art
Géopoétique: Dérives et territoires
Du mois d’août au mois d’ octobre, le festival Trafi cArt, événement majeur sur la scène artistique au Saguenay, est de retour pour une 3e édition avec une programmation des plus diversifiée où le « territoire » sera au coeur de la réfl exion artistique. Ce thème inspirera certainement la réalisation d’oeuvres nouvelles et audacieuses explorant à la fois l’identité de notre communauté, sa situation historique et géographique, tout en valorisant son inscription dans les tendances les plus actuelles de l’art.

Sous les thématiques du portage, de la traversée et du voyage, des équipes interdisciplinaires (scientifi ques, guides, chercheurs, économistes, historiens, écrivains) réfl échiront ensemble, les apports déterminants du lieu, de l’espace et du paysage dans la création d’un artiste.




L'ile à l'envers /

La grande ourse /

 

L'être heureux /

Os brûlé /

 

 

Théâtre d'ombres /

Je suis né (e) en _ /

 

 

Territoires transmissibles /

La volée de dérive de l'autre Skagahmen


Invitation à une conférence de presse pour l’ouverture
du Festival Trafi c’Art

(Saguenay, 29 juillet 2005) Afin de souligner la troisième édition du
Festival Trafic’Ar t, la
Galerie Séquence vous convie à une conférence de Presse mercredi le 10 août 2005
à 10h15 à la salle “Alexandre” de l’auberge Le Parasol, située au 1287 du boulevard
Saguenay Est à Chicoutimi.

Du mois d’août au mois d’octobre, le Festival TraficArt, événement majeur sur la scène artistique au Saguenay, est de retour pour une 3e édition avec une programmation des plus diversifiée où le « territoire » sera au coeur de la réflexion artistique. “Ce thème inspirera certainement la réalisation d’oeuvres nouvelles et audacieuses explorant à la fois l’identité de notre communauté, sa situation historique et géographique, tout en valorisant son inscription dans les tendances les plus actuelles de l’art.” - Claude Martel, coordinateur de Trafic’Art.

“Le Festival Trafi c’Art est devenu un acteur incontournable lorsqu’il s’agit de faire la diffusion et la promotion des arts visuels au Saguenay avec un programme diversifi é et ouvert sur le monde, attrait essentiel au développement de notre région.” - Madame Françoise Gauthier, députée de Jonquière et Ministre du Tourisme.

Sous les thématiques du portage, de la traversée et du voyage, des équipes interdisciplinaires (scientifiques, guides, chercheurs, économistes, historiens, écrivains) réfléchiront ensemble, les apports déterminants du lieu, de l’espace et du paysage dans la démarche de création d’un artiste. “Trafi c’Art réunit des artistes de toutes provenances d’expressions et fait la preuve que les limites, les frontières, les séparations et les démarcations disciplinaires sont devenues de moins en moins apparentes.” - Monsieur Jean Tremblay, Maire de Saguenay.



Territoire de création en art actuel
(du 5 août au 5 octobre 2005)