Diffusion immédiate

Le P.E.N.
Centre québécois

Les écrivains victimes de délit d'opinion
Journée internationale des écrivains en prison - Le 15 novembre

Chaque année en ce jour de novembre, le P.E.N. international publie les noms d'écrivains emprisonnés afin de souligner les affres subis par les écrivains victimes de délit d'opinion. Ce "crime", qui n'en est pas un, n'est autre que l'exercice de la liberté d'expression si souvent frustré par des États au mépris de la démocratie et des droits fondamentaux tels qu'ils sont prescrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l'homme.

Le délit d'opinion est une attaque directe contre un défenseur des droits de la personne. On emprisonne, torture, assassine des écrivains, des éditeurs, des journalistes, des traducteurs, sous prétexte qu'ils ont osé "écrire sans autorisation", selon le mot du poète cubain Raul Rivero. L'histoire de ces écrivains, nommés ci-après, ferait frémir nombre de Canadiens témoins d'attaques brutales contre ces personnes. C'est pourquoi, il est permis de protester contre les gouvernements qui se rendent coupables de tels actes.

Le Comité des écrivains en prison du P.E.N. international a désigné les personnes suivantes :

CUBA : Joel de Jesus Diaz Hernandez, 24 ans, condamné par déclaration sommaire à quatre ans de prison pour avoir publié ses articles dans un journal indépendant.

CHINE : Jiang Qisheng, 51 ans, arrêté et passible d'un procès pour avoir exprimé ses idées. Un leader au sein d'un mouvement de Chinois qui réclament des institutions démocratiques. Détenu depuis el 18 mai 1999.

SERBIE : Flora Brovina, 50 ans, médecin pédiatre, d'origine albano-kosovar, qui a dénoncé les abus commis contre les Kosovars, arrêtée en avril et passible d'un procès à Pozorevac. La poètesse réclame l'indépendance pour sa région et prône la non-violence.

TURQUIE : Nadire Mater qui subit un procès d'où elle serait passible de six années d'emprisonnement, de même que son éditeur Semih Sokman, pour "insulte à l'armé". Le "crime" de Nadire a été d'interviewer des militaires retraités qui ont combattu contre les Kurdes. Le livre qu'elle a publié, désormais à sa quatrième édition, a été proscrit par le gouvernement turc.

Dans le calme d'une chambre
Une enfant berce sa poupée
Cherchant à l'endormir
Dans le rêve de la poupée
L'instinct d'une mère s'éveille et
Chantonne une berceuse…
(Flora Brovina)


Le P.E.N. (pour Poètes, Essayistes et Romanciers - Novelists) a été fondé à Londres en 1921 et le centre de Montréal en 1926. L'organisme, totalement apolitique, a auprès de l'UNESCO le même statut d'organisation non gouvernementale qu'Amnistie Internationale, mais concentre son action autour de la défense des écrivains persécutés ou emprisonnés en violation de leur liberté d'expression. Sensible à l'importance de la solidarité des écrivains à travers le monde, le Centre québécois du P.E.N. international rassemble tout autant les poètes que les essayistes, les romanciers et les dramaturges que les traducteurs, autour des grands principes de la liberté d'expression. En harmonie avec les 130 autres Centres établis dans 90 pays, P.E.N.-Québec parraine un certain nombre d'écrivains en prison et poursuit un rôle actif dans la défense des écrivains de la Francophonie et d'Amérique latine, trop souvent menacés, attaqués ou emprisonnés pour "délits d'écriture".

- 30 -

Source :
Stéphane Stapinsky
secrétaire du Centre québécois, (514) 279-2846, poste 2