Magazine virtuel des Arts, de la Culture
au Saguenay–Lac-Saint-Jean


CHRONIQUES CULTURELLES

« ALLÉGORIES DE LA RENCONTRE »
Exposition de Yann Daydé
au Hangar du Vieux Port de Chicoutimi, du 1er au 15 avril 2009


J'entreprends depuis septembre 2006 un projet de recherche au sein de la maîtrise en art concentration création de l'Université du Québec à Chicoutimi. Ce travail s'articule autour de la réalisation d'ensembles de portraits de personnes faisant partie de communautés culturelles, d'une part, et d'une recherche théorique à propos de l'éthique, du portrait, de la sociologie et de la question du point de vue dans l'art d'aujourd'hui. Je me suis penché sur le développement d'un lien interculturel que peut permettre le portrait artistique afin de retrouver l'essence de l'échange, du contact pur. J'ai cherché à créer un dialogue, lié intimement à mon travail artistique, et à mettre en place un acte créatif relationnel, un art vivant qui me permettrait de me rapprocher de l'autre.
Pour aborder cette volonté d'explorer l'intersubjectivité par ma pratique graphique, j'ai cherché à me rapprocher des Ilnus, des membres des Premières Nations, résidant au sein de communautés autochtones à Mashteuiatsh ainsi qu'à Sept-Îles. Étant citoyen français, je joue avec la rencontre pour en faire une communication entre représentants de deux nations, qui ont peu de choses en commun, que ce soit d'un point de vue culturel, historique, social etc. Par la suite, j'ai décidé d'ouvrir mes champs d'expérimentation en allant à la rencontre d'une autre communauté : les immigrants de la région du Saguenay-Lac-St-Jean. J'opère un retour dans mon travail par rapport à moi-même, à mon statut d'immigrant et à mon appartenance, plus ou moins tangible, à ce groupe.

Je réalise mes portraits en suivant un processus bien spécifique : je mets en œuvre la création, dans un premier temps, de prises de vue en images numériques des visages des personnes que je souhaite prendre en portrait, et, par la suite, à l'aide des photographies, j'entreprends la réalisation de peintures de petit format -de la taille d'une grande feuille de papier- à l'aide de deux médiums : le dessin (fusain, crayon ou graphite) pour le croquis préparatoire et l'encre de chine -et donc le lavis- pour la réalisation du portrait final. Au cours de l'évolution de mon projet, ce système créatif a quelque peu changé au gré de mes expérimentations : en effet, j'ai réalisé des portraits sur le vif, en dessinant directement devant chaque personne et cela a renforcé le caractère vivant de ma recherche. Chaque personne dont j'entreprends la réalisation du portrait devient alors plus qu'un simple modèle mais un collaborateur inconnu et singulier. Je crée des communautés plastiques personnelles, par la réalisation de chaque série, à partir de groupes d'individus appartenant à des communautés réelles. Le portrait permet la rencontre et la confirme. Après avoir réalisé chaque portrait, j'envoie une reproduction à chaque personne ayant participé à mon projet, une façon de les remercier et de recevoir, s'ils le désirent, leur avis et leurs remarques.

A ce jour, deux séries de portraits ont été réalisées au sein de la réserve de Mashteuiatsh et une à Sept-Iles, pour ce qui est de la communauté des Autochtones ; deux séries ont été créées avec des anciens et des nouveaux arrivants dans la région. Par l'assemblage de ces différentes mosaïques de portraits, j'espère illustrer un intérêt particulier pour ces gens, et ce, de manière sensible. »
L'exposition se déroulera au Hangar du Vieux Port de Chicoutimi du 1er au 15 avril 2009, le vernissage se tenant le 2 avril à partir de 17 h. Les horaires d'ouverture sont les suivants : du lundi au dimanche de 10 à 16 h 30.

- 30 -

Source :
Yann Daydé

Vers le haut

Partenariat avec www.sagamie.org

Partenariat de Ville d'Alma

Droit d'auteur
Dernière révision : 6 février 2009

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre