Sagamie Arts

Magazine virtuel des Arts, de la Culture
au SaguenayŚLac-Saint-Jean


CHRONIQUE ART SOCIAL
Avril 2002

INTERACTION QUI
s'ouvre à de jeunes artistes


ENTREVUE - Galerie LE LIEU
Interaction Qui a envoyé cinq artistes exposer à Québec

L'organisme voué à l'art social Interaction Qui d'Alma, exposera à Québec, soit à la galerie Le Lieu, du 21 mars au 14 avril. Cela fait suite à la parution d'un article dans le plus récent numéro de la revue Inter, qui supervise cette galerie, membre du réseau des centres autogérés du Québec.

En avance sur la mode actuelle, I.Q. a précédé, dans l'art social, bien des nouveaux groupes qui émergent actuellement, au Québec. I.Q. en sera à une première exposition hors du SaguenayŚ Lac-Saint-Jean. Cinq jeunes de 25 à 35 ans vont montrer leurs créations au milieu artistique de Québec. Il s'agit de Paxcal Bouchard, Geneviève Boucher Daniel Fortin, Bianka Robitaille etJean-Denis Simard.

Ensemencement symbolique

En parallèle, les fondateurs d'I.Q., Alain Laroche et Jocelyn Maltais, ont conçu un concept appelé Ensemencement, projet artistique de type événementiel. Dans la foulée du projet Évolutif Événement-Ouananiche, amorcé en 1988, cette manoeuvre urbaine se déroulera mercredi et jeudi. Elle consiste à «ensemencer» le Parc de la jeunesse du quartier Saint-Roch, à quelques rues de la galerie Le Lieu. On y installera plus de 5000 ouananiches emblématiques, plaquettes de bois d'environ 30 centimètres par 10, posées sur une tige de métal, on va ainsi constituer une immense flèche pointant le SaguenayŚLac-Saint-Jean. Les deux concepteurs veulent provoquer dans l'utopie, l'accomplissement entier du cycle migratoire des 25 jeunes qui quittent maintenant notre région à chaque semaine, pour s'installer ailleurs au Québec, généralement dans les grands centres.

«
Quitter la frayère pour retourner chez soi et ainsi, boucler le cycle générateur», écrit Alain Laroche.

En entrevue, il ajoute que la région est en perte de population depuis 10 ans et rappelle l'étude de Charles Côté sur la désintégration des régions. Il souligne, exemples à l'appui, l'effet d'entrainement que subit aujourd'hui la région, du fait que des jeunes partis s'installer ailleurs y font leur vie, familiale et professionnelle.

«
Comme dans les années 80, nous avons ensemencé les bassins versants du lac Saint-Jean, nous avons pensé faire semblable manoeuvre, au plan symbolique», explique-t-il. On en enlèvera les éléments le vendredi 22.

Quinze jeunes du Collège d'Alma vont réaliser cette manifestation originale, en collaboration avec les élèves de l'école primaire Saint-Roch.

«Leur intervention sera simple mais significative pour la poursuite de notre manoeuvre au mois d'avril à Alma. Il s'agira que chacun s'approprie un tacon en inscrivant, sur chacune des "ouananiches" :, poissons de couleur bleue peints sur fond noir, un mot exprimant le mieux pour eux, l'espoir, la liberté, l'avenir, la créativité, l'imagination, le rève, la motivation, l'aspiration, en somme, les qualités que nous lions à la jeunesse estime Laroche. Ainsi, ce mot peut être une métaphore comme papillon = liberté ou oeuf= espoir, poursui-til.

Depuis les dernières semaines, 15 jeunes d'ATI (Art et technologies informatisées, du Collège d'Alma) étaient attitrés au projet Ensemencement. Ils réalisent aussi des bannières pour expliquer aux gens de Québec la nature de l'intervention.

Un suivi

Le vendredi 22 mars, les Almatois repartiront pour Alma avec les 5000 tacons. Les élèves en arts et technologies informatisées et arts et lettres du Collège d'Alma, vont à la fin d'avril, réinstaller cette oeuvre dans leur milieu, en y ajoutant une nouvelle dimension.

«lls auront à poursuivre l'écriture de mots sur les tacons qui deviendront des phrases et finalement un immense poème à la vie». Les mots déjà inscrits par les élèves s'inséreront dans cette oeuvre. I.Q. pense réaliser une petite édition de cet événement et en faire une diffusion sur un site Internet.

- ENSEMENCEMENT - MIGRATION Phase I -

Ensemencement

Manoeuvre urbaine - Empreinte-poeme

Manoeuvre urbaine consistant à ENSEMENCER
le Parc de la Jeunesse du quartier Saint-Roch de Québec.


Interaction Qui prolonge la diffusion de son art social,
en s'adjoignant de jeunes collaborateurs.
Les deux artistes qui animent I.Q. depuis plus de 20 ans, Alain Laroche et Jocelyn Maltais, acceptent maintenant que de jeunes artistes multidisciplinaires de Lac-Saint-Jean-Est joignent ses rangs. Ils ont en commun une préoccupation sociale, condition sine qua non à leur adhésion.

Ces jeunes vont prendre une part active à la visibilité de l'organisme, dès les prochains jours. lls seront les artisans d'une première manifestation publique d'I.Q. hors du SaguenayŚ Lac-Saint-Jean.

Ces cinq artistes de la relève vont exposer à la galerie Le Lieu du quartier Saint-Roch. L'autre texte de cette page situe cette prestation.

Reconnaissance

L'art social d'Interaction Qui est de plus en plus reconnu. Ainsi, la prestigieuse revue francophone }nter, traitant de l'art actuel, et réalisée à Québec, présente, dans son numéro du printemps 2002, un reportage sur l'expérience des "Toits-itou», menée à l'été 2001 à trois endroits du circuit cyclable d'Alma, de façon à joindre les cyclistes de la Véloroute des Bleuets.

Pour les intéresser, on présentait des reproductionsgéantes de six tableaux de peintres célèbres, dans ces trois «toits itou», respectivement à l'avant et l'arrière. Pour l'animation, on avait retenu la toile reproduite 3 I'avant.

Une animation thématique accompagnait chaque présentation, l'une au parc des générations, une autre dans le secteur de la Dam-en-terre, et un troisième aux abords de l'ancien hôtel de ville d'lsle-Maligne.

Cette revue de statut international est diffusée enAllemagne, en France, Belgique et Suisse, aux États-Unisetmême jusqu'en

L'article est d'un spécialiste, Guy Sioui Durand. L'animation se prolongeait dans l'exposition « L'art, c'est toi itoux, exposition qui sera à nouveau présentée de la fin juin au début août, dans l'ancien hôtel de ville d'lsleMaligne.

En plus de 20 ans, I.Q. a développé son art social aux plans géographique, socio-politique et communautaire, dans sa région. L'idée de base a toujours été d'intervenir dans un milieu où une continuité dans l'action a des chances de transformer un peu l'endroit physique et la vision des gens qui l'habitent.

Néanmoins, une nouveauté s'ajoutera, dans quelques jours, quand lnteraction Qui participera à une manoeuvre urbaine originale, L'événement Ensemencement, dans le quartier Saint-Roch, à Québec.

«
Ce n'est pas parce que nous allons à Québec que nous cesserons de parler de notre région», résume Alain Laroche, au sujet de cette intervention publique dans le milieu, mercredi et jeudi.

On va présenter la désintégration des régions et rappeler que la région du SaguenayŚLac-Saint-Jean est accueillante, commente Laroche : «
Nous conservons le même discours...»

Vers le haut

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 20 août 2003

Webmestre
Raymond-Marie Lavoie