Agenda culturel régional

Logo du CNE Jonquiere

Centre National d'Exposition à Jonquière

AMAZONAS URBANAS
au Centre National d'Exposition de Jonquière

Objet

Exposition-Événement de Natasha Hébert, native du Saguenay

Quand

Du 19 mai au 18 août 2002, Salle Alcan

L’événement Amazonas Urbanas se veut avant-gardiste, porteuse d’un métissage entre l’Europe et le Québec, féminine, joyeuse et énergisante. Les œuvres de Natasha
Amazones Urbaines de Natacha Hébert
Hébert révèlent des femmes différentes les unes des autres mais toutes des Amazones urbaines. Par ce concept, l’artiste élabore tout un univers mythique une grande bacchanale de peinture: des déesses, des conquérantes, des bestiales, des séductrices, des amazones, des dominatrices des abandonnées et des épicuriennes. Cette exposition met en évidence les formes, les couleurs, les textures et les lumières, d’une nomade qui découvre le monde avec son œil d’artiste.
«
J’ai toujours voulu peindre des grands formats, mais je me disais: Rien à faire, il n’y a pas de place pour accrocher ça!. Mais je me lève un matin et je remarque ces grandes fenêtres... Je me suis dite : Ça y est, je vais faire de grandes filles, des espèces de grandes cariatides. Il faut dire que je vivais alors à Barcelone, en face d’un ancien marché sous lequel on a découvert des ruines. Ils ont tout déblayé mais ont laissé les murs avec de grandes fenêtres en arc. Puis, autour, ils ont bâti un gros mur horrible en briques... On a sauté le mur une première fois pour aller prendre les dimensions. Elles ont exactement les dimensions de mes grandes toiles... Les événements ont fait que j’ai dû revenir au Québec à l’automne. J’ai donc gardé ce format avec mes grandes toiles de filles en me disant qu’un jour j’irais les porter, elles ou d’autres que je ferai, dans ces fenêtres qui m’attendent... »
«
C’est devenu Amazones urbaines. C’est un peu par mes photos de filles; aussi par le fait que je m’en vais dans la rue avec mes grandes toiles, que je mets tout ça par terre, et j’ai l’air d’une espèce d’amazone, avec mes trucs étranges... La technique est simple. Je mets la toile sur le pavé. Après, avec un couteau, je fais un frottis. La même chose que lorsque tu mets un vingt-cinq cents en dessous d’un papier et que tu frottes... Moi, je prends le frottis, je mets de la couleur et je frotte comme ça avec mon couteau. Celles-là sont gravées à la peinture, mais les autres derrière sont gravées à la pâte acrylique; ça va bien chercher la texture. J’aime bien l’espèce d’infiniment petit, ou infiniment ordinaire, dans le sens où on marche dessus sans le voir. »

-30-


Source :
Karine Duperré
Agente de communication

Courriel cne@videotron.ca
CNE

Le CNE

4160, du Vieux Pont, C.P. 605

Saguenay-Jonquière QC Canada G7X 7W4

- Tél. : (418) 546-2177 - Téléc. : (418) 546-2180

Partenariat avec www.sagamie.org