« L'IMAGE ET SON DOUBLE »
Exposition de Stéphane Boivin
Du 12 au 20 mars 2008
vernissage exceptionnellement le mercredi 19 mars à 17 h

« À quoi pensent les films? » À quoi pensent les images? Qu’évoquent ces films de famille conservés dans des boîtes de carton jauni et ces objets d’un décor réel, celui de la maison d’enfance, nichés dans un coin de la cave? Et à quoi pensent ces objets, là présents? Filmés jadis aux premiers moments d’intimité d’un jeune couple de 1966, se détournent-ils de leur image pour contrarier le roman familial ou sont-ils des fétiches matérialisant une mélancolie excessive? Qui dit vrai? Qui joue vrai? Que veut et peut une image quand le réel rôde autour d’elle, la côtoie?

L’exposition que propose Stéphane Boivin retourne ces questions en termes de reprise, d’emprunt d’images et non de leur réalisation et de leur production. Son travail sur l’image privilégie la déconstruction à la construction tout en visant l’émergence d’une grammaire filmique individuelle. Il cherche, dans les lambeaux d’images, à travers la dissection de leur apparition et de leur disparition, des leviers pour faire bouger d’étranges contenus et d’instables représentations. Ce cinéma à rebours n’évoque pas le lustre de la nostalgie. C’est plutôt que l’anticinéaste est jaloux de la mémoire que les images conservent en elles et qui nous fait cruellement défaut.

Tant d’images, tant de lieux, tant d’objets qui ne défilent plus avec l’assurance linéaire du temps, mais avec l’inquiétude de grandes ellipses et de faux raccords mémoriels. Stéphane Boivin travaille l’incertitude de l’état des choses et de leurs représentations. La réalité de cette exposition nichée dans la remise du temps et sa reprise en images désire remonter un parcours, comme l’on remonte le mécanisme d’un dispositif, pour en expérimenter le degré de réalité et de virtualité

L’image et son double met à profit deux patrimoines de la famille de l’artiste, l’un en image, l’autre matériel, dans une tentative d’observer différentes postures d’appréhension du monde et de l’intimité de l’autre. Ce travail s’intéresse donc aussi à la valeur des choses face à la valeur de leur image, éléments fort dépendants de données contextuelles. Ce premier passage solo en galerie pour Stéphane Boivin, de la maîtrise en art à l’UQAC, lui permet d’emmener sa pratique vidéographique au-delà de l’espace écranique.

Source : Denis Bellemare

L'Œuvre de l'Autre est située au Pavillon des arts de l'UQAC
La Galerie L’Œuvre de l’Autre ouvre ses portes du lundi au vendredi de 11 h à 16 h

- 30 -


Vers le haut

Source :
Mme Nathalie Villeneuve
Coordonnatrice
à la Galerie l'Oeuvre de l'Autre


555, boul. de l'Université, Chicoutimi
- Tél. : (418) 545-5011, poste 4718

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 10 mars 2008

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre