Extrait du journal
Le Lac-Saint-Jean
Dimanche le premier juillet 2001

par France Paradis
journaliste

Rivière Bédard
« On va restaurer 17,1 km sur le territoire de St-Bruno »

ALMA (FP) - Vendredi après-midi, à St-Bruno, en présence du ministre de l'Environnement du Québec, André Boisclair, on a procédé au lancement de la Phase V de Restauration des berges de la rivière Bédard. Cette fois-ci, il s'agit de remettre à neuf les rives et le cours de la rivière Bédard sur le tronçon de 17,1 kilomètres qui serpente sur le territoire de la municipalité de SaintBruno.

Conférence de presse du 30 juin 2001

Dans l'ordre, Andrée-Lise Méthot, secrétaire générale du Fonds d'action québécois pour le développement durable; Réjean Bouchard, maire de St-Brano et président de la ZIP Alma-Jonquière; André Boisclair, ministre de l'Environnement; Maude Lecourt, coordonnatrice de la ZIP Alma-Jouquière ainsi que Alain Bourgeois, agent de projet d'Environnement Canada.
Après Hébertville-Station qui a consenti un effort gigantesque ces dernières années pour amorcer ce projet, c'est maintenant au tour de St-Bruno à embarquer de plein pied dans la restauration de la rivière en collaboration avec de nombreux partenalres.

À nouveau, c'est la
ZIP Alma-Jonquière qui agit comme maître d'œuvre, solidement appuyée financièrement par le Fonds d'action québécois pour le développement durable (194 573 $), Environnement Canada (59 374 $ du Programme ÉcoAction) ainsi que de multiples partenaires du milieu dont Nutrinor, la Fromagerie St-Laurent, la municipalité de St-Bruno, l'Usine de congélation, le Club Eperlan, la Société de développement de St-Bruno, !'UPA, Alcan, le Club Optimiste, l'école primaire de StBruno, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, les producteurs agricoles ainsi que le ministère des Ressources naturelles.

Le tout représente un effort financier de 3 l l 287 $ auquel on doit ajouter un nombre impressionnant de services, non comptabilisés.

Le projet aura des retombées économiques directes pour le milieu en créant 1 emploi régulier et 7 emplois saisonniers au cours des deux prochaines années. Il permettra aussi de consolider deux emplois à la ZlPAlma-Jonquière.

On estime également que la population de St-Bruno pourrait donner jusqu'à 2500 heures de bénévolat dans le cadre de ce projet.

Réalisations

Le plan de travail pour les deux prochaines années est impressionnant sur les 17,1 kilomètres de rivière.

Au départ, les objectifs principaux du projet sont d'améliorer les habitats aquatiques et fauniques, de stabiliser et de renaturaliser les rives et enfin, de sensibiliser le milieu à la nécessité de prendre en charge la protection de son cours d'eau pour en faire bénéficier les générations futures.

Notamment, dans la liste des activités à réaliser, il y aura le nettoyage de 4 dépotoirs; la plantation de 4568 arbres et 43 000 arbustes indigènes afin de revégétaliser et de fortifier les berges sensibles à l'érosion; l'installation de 6 seuils faits de roches pour réduire la vitesse de l'eau et l'oxygéner, tout en créant autant de bassins pour la faune.

On conservera également une bande de protection végétale riveraine de 3 mètres et on installera 3 km de clôture et une aire d'abreuvement pour le bétail afin d'empêcher que celui-ci n'accède à la rivière. Enfin, la qualité des eaux sera analysée en période d'étiage.

Tous ces travaux dont plusieurs seront réalisés bénévolement par les citoyennes et citoyens de Saint-Bruno auront sur la population un puissant effet de sensibilisation et d'éducation au développement durable.

Rappelons qu'en 1985, la rivière Bédard était alors considérée comme la rivière la plus polluée de la région.

«
C'est un exemple de courage, de détermination et d'engagement communautaire exceptionnel dont la portée éducative est susceptible de déborder largement les frontières du bassin versant », a souligné le ministre de l'Environnement André Boisclair, en prenant connaissance de tout ce qui a été fait jusqu'à maintenant et ce que la communauté de Saint-Bruno s'apprête à faire dans le cadre de cette cinquième phase de restauration de la rivière Bédard.



Source :
© France Paradis
Journaliste

Extrait du journal
Le Lac-Saint-Jean
page 3 - Dimanche le 1er juillet 2001

Courriel : commentaire@lelacstjean.com