« TACON-SITE DE LA MUSIQUE »
Vingt-sixième Tacon-Site
Saguenay, arrondissement Jonquière, 2009
Partenaires : le collectif d'artistes « La Corvée »
et les jeunes musiciens du Camp Musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Extrait du conte « L'ARC-EN-CIEL D'OUTREMONDE »
[…]
Ti-Jean s'y engagea, suivi de l'écureuil. Il déboucha sur un espace désert au milieu duquel s'élevait un mélèze gigantesque. Très haut, suspendue à une branche, bruissait la harpe éolienne aux cordes aux couleurs de l'arc-en-ciel. Elle résonnait doucement sous l'action du vent et sa musique enchanteresse se traduisait par un chatoiement velouté et multicolore qui caressait les yeux. C'est à cet endroit que les quatre vents du Royaume se rencontraient pour accorder leur voix.
Ti-Jean examina minutieusement l'arbre à la recherche de la grande couleuvre qui crachait de la lumière noire. Il ne la découvrit pas tout de suite, car la couleur de sa peau se confondait avec l'écorce de l'épinette rouge. Mais son sifflement la trahit. Elle était enroulée à mi-hauteur autour du tronc. Si jamais elle atteignait Ti-Jean avec son jet de lumière noire, il serait pétrifié sur-le-champ.
Ce dernier eut beau marcher à l'amérindienne pour dissimuler sa présence, la couleuvre le détecta aussitôt. Il fouilla dans sa besace avec des gestes lents et calculés à la recherche du présent de la veuve Simard. Il le repéra et s'en saisit. Vif comme l'éclair, il orienta la face terne du miroir vers la couleuvre qui avait ouvert sa gueule, le dard pointé dans sa direction. Un dense filet de lumière noire vint frapper le rectangle qui s'illumina violemment et retourna un faisceau de lumière aveuglante vers la couleuvre qui s'écroula en cendre. Ti-Jean poussa un soupir de soulagement et eut une pensée remplie de gratitude pour sa bienfaitrice.
La grande couleuvre mise hors d'état de nuire, l'écureuil escalada le mélèze. Quelques bonds vigoureux le conduisirent jusqu'à la harpe éolienne dont les cordes éclatantes lui faisaient ciller des yeux.
Amené sur les lieux par l'oiseau-mouche, un aigle décrivait des cercles au-dessus de l'arbre. L'écureuil s'attaqua aux liens qui maintenaient en place la harpe. Quelques coups de dents lui suffirent pour en disposer. Au moment où les cordes cédèrent, l'aigle plongea vers la harpe et l'agrippa dans ses serres. Puis il descendit vers Ti-Jean avec un vol plané en spirales et lui remit le précieux objet avant de retourner dans l'azur.
Quelques jours plus tard, le roi invita la reine à venir le rejoindre dans son jardin d'hiver. Il lui tut l'objet de son invitation. Elle pénétra dans ce lieu de séjour qu'elle affectionnait plus que tout, émue à la pensée de la surprise qui l'attendait. Elle fut accueillie par un déluge de couleurs chatoyantes qui vibraient doucement sous les doigts légers d'une brise délicate.

-

Notre enfant, confia-t-elle à son époux, ravie au-delà de toute expression, sera l'enfant du vent et de l'eau. Il sera fasciné par le mugissement des vagues et transporté par le chant du vent dans les arbres.

Lecture du conte :
« L'ARC-EN-CIEL D'OUTREMONDE »

Extrait : de « L'ARC-EN-CIEL D'OUTREMONDE »
de la collection «
Contes du pays de la Ouananiche » - © Interaction QUI ltée

Monsieur Bertrand Bergeron, ethnologue et auteur des Contes du Pays de la Ouananiche a écrit le conte « L'arc-en-ciel d'outremonde », spécialement pour le Tacon-Site de la Musique.
« TACON-SITE DE LA MUSIQUE »
Vingt-sixième Tacon-Site
Saguenay, arrondissement Jonquière, 2009
Partenaires : le collectif d'artistes « La Corvée »
et les jeunes musiciens du Camp Musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org