« TACON-SITE DU MYTHE »
Sixième Tacon-Site
Réalisé le 14 août 2005 au CHAM - Desbiens

Extrait du conte

« LA QUÊTE DE L'IMMORTALITÉ »

[]
Tard dans la soirée, il déboucha sur la rivière qui porte son courant jusque dans le lac. Une fois de plus, il inspecta les lieux dans la noirceur pour trouver les pierres pour dresser son feu de camp.
Le carcajou vint à lui.

-

Que fais-tu loin de chez toi, homme né du sol lui-même?

-

Mon fils aîné, Premièrechair, est mort, ce qui me rend inconsolable. Je cherche un talisman pour faire revenir la vie en lui.

-

Ton entreprise est vaine et téméraire, car tout ce qui naît est destiné à mourir. Si cela n'était, comment les générations se succéderaient-elles? Vois partout autour de toi, tu es entouré de vie jeune, car la nature ignore la vieillesse. Aussitôt qu'une forme de vie vacille, une autre forme de vie l'élimine pour que tout soit sans cesse recommencé dans la successivité. Tu cherches l'immortalité de ce qui meurt sans t'être aperçu que seule la mort est éternelle.

-

Ton discours, s'il est plein de sens, ne me console pas de la perte de mon enfant, car si le premier né de ma chair est mort, ainsi en ira-t-il de toute chair. Je veux m'opposer à ce qu'il en soit ainsi. Si tu sais le nom d'un charme assez puissant pour rendre la vie à mon fils, je te serai éternellement reconnaissant.

-

J'en sais un, mais il ne te servira qu'une fois. Arrache un vibrillon de mon museau que tu déposeras sur les lèvres de Premièrechair.
Celuiquipréparelefeu s'exécuta et se confondit en remerciements. Le carcajou lui recommanda d'user de son charme avec talent, c'est-à-dire avec discernement, sans quoi sa queste perdrait tout son sens.

-

Souviens-toi, ajouta-t-il, que le talent est l'une des pierres de la vie. Si tu égares mon vibrillon, j'ignore ce qui se produira et s'il tombe dans d'autres mains, je sais encore moins ce qui adviendra.
L'homme dépouilla un bouleau d'un morceau de son écorce et s'en fit un sachet dans lequel il déposa avec précaution son poil magique.
Son sommeil fut moins lourd que les autres fois et davantage réparateur.
À l'aurore, il remua la cendre de son feu pour la faire refroidir. Pour remercier l'esprit tutélaire du lieu, il déposa sur le sol près des pierres encore tièdes un collier de coquillages que sa femme lui avait donné. Il jeta un coup d'il à la rivière dont le courant pénétrait profondément dans le lac plat et dit: «Cette rivière sera appelée Métabetchouan».
Il tenait fermement dans sa main son sachet de bouleau qui renfermait et protégeait son trésor. Quand il arriva dans la partie du lac au large duquel émergeait une île aux proportions imposantes, il s'assit au pied d'un pin et s'appuya contre le tronc. Il entra dans une légère somnolence qui lui fit relâcher son sachet d'écorce qui se retrouva par terre, béant. Une couleuvre qui rampait non loin le vit et en fouilla l'intérieur. Elle entra en contact avec le vibrillon du carcajou avec sa bouche. Quand Celuiquipréparelefeu s'en aperçut, il était trop tard. En désespoir de cause, il chercha à s'emparer de la couleuvre, mais elle lui glissa des mains en abandonnant sa peau et, depuis ce temps, les couleuvres muent.
Désespéré, Celuiquipréparelefeu maudit l'île au large pour passer sa colère et il l'appela l'Île-aux-Couleuvres afin que ses descendants ne l'abordent jamais.
Son retour chez lui fut triste. Lorsqu'il rapporta la perte du vibrillon de l'immortalité à sa femme, Cellequipréparelanourriturequimarche fut inconsolable pendant des jours. Ils allèrent, avec les autres enfants issus de leur chair, se recueillir sur la tombe de Premièrechair.

-

La mort est le lot des hommes, dit Celuiquipréparelefeu, et ceux qui veulent s'y soustraire perdent un temps précieux qu'ils pourraient mettre à profit en cultivant l'art de bien vivre. Parti pour une queste insensée, j'en ai ramené, néanmoins, le vif sentiment d'appartenir à ce territoire. En retournant à sa mère première, notre fils nous a signalé où nous allons nous établir. Nous nommerons cet endroit Mashteuiatsh pour que l'esprit de notre enfant repose en paix. Ce sera notre terre natale, car nous sommes sortis d'elle.
Des siècles après, quand il s'agira de donner un nom au pays, on se souviendra de cette appellation.
Puis, jetant un regard sur le grand lac plat dont il avait fait le tour, le père de sa race ajouta:

-

Nous le nommerons désormais Piékouagami

« TACON-SITE DU MYTHE »
Sixième Tacon-Site
Réalisé le 14 août 2005 au CHAM - Desbiens

Fermer

Retour aux Extraits des contes et Curiosités

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org