« TACON-SITE DU GÉNOME HUMAIN »
Quatrième Tacon-Site
Réalisé le 14 juin 2005 au CNE de Jonquière

Extrait du conte

« LES MOTS PERDUS DE LA VIE »

[]
Sa mission accomplie, Ti-Jean revint sur ses pas, abandonnant volontiers Ti-Jos Démanché à sa juste colère. «Qui aura encore peur du Bonhommeseptheures après ça, et du loup-garou et du Windigo et du Vieux Grigou?» se félicita-t-il.
Il marcha encore des journées qui s'amoncelèrent en semaines qui s'agglutinèrnt en mois. Il arriva enfin à la pointe bleue. L'enfant l'attendait toujours sans aucun signe d'impatience.
Dès que Ti-Jean lui eut remis les pierres à mot, il s'avança vers les deux figurines à l'effigie d'un homme et d'une femme. Il prit la première pierre et toucha le cur de ses deux statuettes. Avec la seconde, il leur toucha la main droite, avec la troisième la main gauche. Quant à la quatrième, le TALENT, il le leur imposa sur la tête.
Un frisson parcourut les deux statuettes, mais avant qu'elles n'ouvrent les yeux, Ti-Jean posa son index au-dessus de leur lèvre supérieure juste en dessous du nez et leur murmura: « Chut!» La délicate pression du doigt créa une légère cavité dont la tradition a perpétué le souvenir sous le nom de «l'empreinte de Ti-Jean» .
Les figurines s'animèrent, commencèrent à s'étirer, puis se découvrirent. D'un mouvement spontané, elles se jetèrent des les bras l'une de l'autre.
L'enfant avait éloigné Ti-Jean de la scène et tous deux épièrent les premiers gestes de ces deux êtres nés du sol lui-même.

-

Tu dois retourner d'où tu viens, Ti-Jean, et laisser la vie suivre son cours. Elle saura bien tracer ses propres chemins.

-

Je veux bien, mais avant, instruis-moi: pourquoi ces mots sont-ils porteurs de la vie?

-

Cela est pourtant simple.

-

Pour toi peut-être, mais n'as-tu pas remarqué que les gens qui comprennent ne comprennent pas que ceux qui ne comprennent pas ne comprennent pas?

-

On ne saurait mieux définir l'arrogance du savoir. Je fais amende honorable et je m'empresse de t'expliquer. Sans l'AMOUR, comment leur cur se serait-il ébranlé dans leur poitrine? Sans la COMPASSION, comment atténuer les excès de l'AMOUR lorsque son mouvement le conduit dans la passion? Car l'AMOUR est un sentiment qui aspire à la démesure et dans son élan, il lui arrive de blesser sans le savoir ceux qui se réchauffent à son feu et d'aveugler ceux qui s'éclairent à sa lumière. La COMPASSION rend l'AMOUR altruiste parce qu'elle se préoccupe d'autrui. Quand l'homme mettra sa main droite sur son cur, tous comprendront par ce signe qu'il est animé par l'AMOUR de soi et des autres. Sans la GRATITUDE, qui est la condition de l'estime de soi à travers le regard de l'autre, comment se croire digne d'être aimé? Et qui ne s'aime pas soi-même peut-il aimer autrui? Celui qui suscite la GRATITUDE chez les autres en reçoit au centuple, car vois-tu Ti-Jean, pour avoir des amis, encore faut-il être soi-même un ami, pour être aimé, il faut être aimable. Si j'ai mis la COMPASSION dans la main droite et la GRATITUDE dans la main gauche, c'est pour faire en sorte que chaque main ne puisse plaider l'ignorance de ce que fait l'autre.

-

Tu n'as rien dit encore du TALENT, enchaîna Ti-Jean.

-

Un barde, en des temps futurs dans une lointaine contrée, dira de lui que c'est le goût de faire des choses. Eh bien, tu aurais beau déborder d'AMOUR, te dépenser en COMPASSION, te morfondre en GRATITUDE, si tu n'as pas le TALENT, tu ne réaliseras pas les vertus que tu possèdes. Le TALENT, c'est l'art de réaliser. C'est pourquoi je l'ai déposé près du siège de la volonté afin qu'il y trouve l'énergie nécessaire. Si en toi, le TALENT dynamise l'AMOUR, la COMPASSION et la GRATITUDE, tu te réaliseras toi-même et tu surabonderas de vie. Maintenant, le temps est venu de nous séparer.

-

Nous reverrons-nous? demanda Ti-Jean.

-

Il ne m'appartient pas de le savoir. J'obéis à qui me commande et je commande à qui m'obéit.
L'enfant disparut après ces propos sibyllins.
Ti-Jean rentra chez lui en s'attardant à tout ce qui sollicitait sa curiosité. Le roi ne le convoqua pas, car il s'était imposé le silence comme il l'avait imprimé sur la lèvre des deux créatures qui avaient commencé à se multiplier et à peupler la terre sans nom.

« TACON-SITE DU GÉNOME HUMAIN »
Quatrième Tacon-Site
Réalisé le 14 juin 2005 au CNE de Jonquière

Fermer

Retour aux Extraits des contes et Curiosités

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org