« TACON-SITE DES SEMENCES »
Troisième Tacon-Site
Réalisé au CIAR de Lac-à-la-Croix - 2005

« LE FESTIN DES TROIS SURS »

Extrait : Curiosité « Le Vieux Grigou »
[]
Ti-Jean partit vers l'ouest à l'endroit où le Vieux Grigou avait fait sa rencontre fatale avec lui. Il savait que cet être grotesque et détestable avait la peau si dure et la chair si coriace qu'aucune dent ne pourrait les entamer et que la corruption serait sans effet sur son cadavre. Il se déplaça vite, car le temps pressait et les pierres germaient dans le sol. Il retrouva le corps intact du Vieux Grigou et, en dépit de son odeur répugnante, il le chargea sur ses épaules et revint au lac cruciforme.

Huit semaines s'étaient écoulées depuis son départ et la récolte avait belle allure. Les courges étalaient leurs corps massifs sur la terre nue à l'ombre des épis de maïs qui balançaient leurs tiges élancées au vent tandis que les haricots s'agrippaient à elles pour assurer leur croissance.

Le vol des oiseaux chapardeurs se faisait plus insistant, signe avant-coureur de la maturité des plantes. Ti-Jean s'empara d'une hache et façonna une croix rudimentaire pour y suspendre le Vieux Grigou dont la physionomie sema l'épouvante chez la gent ailée.

-

Le Vieux Grigou servira d'épouvantail, décréta-t-il.
La récolte fut bonne. Ti-Jean suggéra d'en faire deux parts : l'une pour la consommation, l'autre pour les semences du printemps suivant.

-

Avant, quand vous n'étiez que chasseurs, vous aviez une connaissance directe de la mort. À présent que vous êtes agriculteurs, vous venez de la domestiquer en quelque sorte puisque vous ne pouvez maîtriser le cycle de la germination, de la croissance et de la récolte sans différer ses arrêts.
Les propos de Ti-Jean furent reçus dans un silence que d'aucuns auraient pu confondre avec de la méditation. Mais un esprit sagace aurait deviné que c'était de l'incompréhension. Seule une longue expérience des semences et des récoltes leur révélerait la justesse de ses propos.

Le chef des Ilnus prit la parole :

-

Nous devons nommer ces plantes nouvelles et célébrer leur arrivée parmi nous par un grand festin.
Le maïs fut appelé mitahmin, le haricot, katshinuapekashits pishtanauniss et la courge, kalihlikats mishtamin.

Le grand chef ajouta à l'adresse des trois surs :

-

Soyez désormais de votre nom!
C'est pourquoi les femmes en firent un potage. Avant de le servir à toute la communauté, elles en répandirent quelques gouttes sur le sol pour remercier la terre de sa générosité et lui rendre un peu ce qu'elle leur avait dispensé avec prodigalité. Il régnait dans le cercle des commensaux un silence grave et respectueux. Chacun accomplissait des gestes lents et mesurés pour avaler sa soupe avec recueillement. Ce n'était plus un repas, c'était une cérémonie.

DÉGUSTATION DU POTAGE DES TROIS SURS

   

Lors du dévoilement du conte « Le festin des trois surs »
et l'inauguration officielle de la curiosité « Le Vieux Grigou »

Extrait : Curiosité « LE VIEUX GRIGOU », tiré du conte « Le Festin des Trois surs »
de la collection «
Contes du pays de la Ouananiche » - © Interaction QUI ltée

« TACON-SITE DES SEMENCES »
Troisième Tacon-Site
Réalisé au CIAR de Lac-à-la-Croix - 2005
Centre d'interprétation de l'agriculture et de la ruralité

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org