« TACON-SITE DE L'EMBLÈME ANIMALIER »
Premier Tacon-Site
Réalisé à l'Auberge Ile du Repos - Péribonka - 1995

« LES PAS DE TI-JEAN »

Extrait du conte
[]
Ti-Jean est l'hôte familier de notre orature jeannoise. On raconte qu'un jour, alors qu'il pêchait du côté de Mistook sur les bords du placide Piékouagami à l'eau étale et huileuse, il ferra un poisson qu'il amena à lui d'un vigoureux mouvement de sa gaule. À peine délivré de l'hameçon, le poisson lui dit :

-

Je suis le roi des poissons, remets-moi à l'eau!

-

Quel avantage en retirerais-je? répliqua Ti-Jean, derechef.

-

Touche tes bottes de ma nageoire et je ferai en sorte que tes pas fassent des enjambées de neuf lieues.

-

Neuf lieues! rétorqua Ti-Jean, incrédule. C'est impossible! Dans les récits qui se transmettent de bouche à oreille depuis de longues suites de générations, les bottes magiques ne parcourent jamais plus que sept lieues

-

N'es-tu pas d'un lieu où l'exagération est un trait de caractère de ses habitants? où tout ce qui était possible a été fait? Seul l'impossible reste à faire et se fera.

-

Je le veux bien, reprit Ti-Jean, mais neuf lieues ne me disent rien qui vaille et j'entends bien régler la longueur de mes pas au gré de mon humeur, qui est pour lors nonchalante, et des surprises ménagées par le paysage. Je suis un infatigable pèlerin, la route est mon partage et la quête, mon destin. Tu ne m'as toujours pas convaincu par tes paroles, alors je te le demande encore : « Qu'y gagnerais-je?» Si je passe outre ton ordre, du moins trouverais-je mon compte en te faisant rôtir pour calmer ma faim.

-

Ce que tu gagneras te sera révélé quand tu reviendras. Tes bottes sauront où marcher, laisse-toi guider. Pour me signaler ton retour, fais ricocher cinq fois un caillou sur le lac et je viendrai.
Comme Ti-Jean avait un esprit volontaire et décidé, il toucha ses bottes de l'une des nageoires du poisson et le renvoya à ses demeures humides.
Puis il se mit en route. Le premier pas qu'il fit le propulsa à neuf lieues de Mistook. La folle allure de sa marche risquait de lui donner le vertige. Cette situation inédite n'était pourtant pas pour le déconcerter, car il avait assez d'empire sur lui-même pour ralentir sa marche et donner à son voyage un rythme plus convenable. Il convint avec lui-même que des pas d'une lieue seraient de l'ordre du raisonnable et que le bon sens commande de ne déployer que le minimum d'efforts dans les affaires qui ne revêtent aucun caractère d'urgence. « Dépasser la cible est comme ne l'avoir pas atteinte », lui enseignait la sapience immémoriale et il comptait bien plier son action à ce précepte éprouvé. «L'excès tarit l'usage d'une chose avant même qu'elle ait pu nous être utile, songea-t-il en son for intérieur. Je n'emploierai que la neuvième partie du don que le roi des poissons m'a octroyé. Je me réserve les huit autres parties pour mes péripéties futures »
Avec pour tout bagage ces sages réflexions, il reprit son chemin. Ses bottes étaient légères à ses pieds et lourdes à la terre où elles s'enfonçaient, égrenant des empreintes profondes que l'érosion mettrait longtemps à effacer. Sa marche était rapide, chacun de ses pas fendait l'espace pour se poser une lieue plus loin.
Il dépassa vite la Péribonka, arriva bientôt à Mistassini qu'il enjamba d'un seule foulée. Arrivé à la rivière Ticouapé, il s'arrêta souhaiter le bonjour à Roch Roberge qui l'invitait plus souvent qu'à son tour à figurer dans ses récits de longue haleine et de verbe au long cours. Il le trouva en train de pêcher, à son habitude, dans sa chaloupe qu'il avait baptisé Titanichiche, car aucune vague, aucun remous ne la faisaient chavirer.

-

Si tu savais comme tu me fais plaisir, mon petit garçon! s'exclama Roch Roberge en le voyant. Doublement plaisir! D'abord par ta visite, car je ne croyais pas que tu étais de chair et d'os mais seulement de mots. As-tu une nouvelle aventure à me faire part que je puisse la relater à ceux qui viennent m'entendre en pensant que tout ce que je dis est pure invention. Ce sera le second plaisir que tu me feras
Ti-Jean lui rapporta son entretien avec le roi des poissons et prit congé du conteur qui se régalait déjà à l'idée du beau récit qu'il en ferait.

-

Cric, crac, cra, ton histoire ne finit pas là! lui lança Roch Roberge en agitant la main en guise d'au revoir.
Ti-Jean reprit sa marche. Il dépassa ainsi la rivière Ashuapmushuan, puis vira vers l'est. Il salua au passage ses amis Ilnus à Mashteuiatsh, et il laissa ses bottes le conduire vers la Ouiatchouan, la Métabetchouan et la Couchepaganiche. Bientôt il parvint au lac Kénogami, dépassa Chicoutimi qui s'étalait à sa gauche, tourna franc nord à Tadoussac et revint par la rive nord du Saguenay vers son rendez-vous avec le roi des poissons. Soixante pas lui avaient suffit pour boucler son périple.
Comme il en avait été convenu entre eux, il lança un caillou qui ricocha cinq fois sur l'eau limpide du Piékouagami.
Le roi des poissons fit surface, la tête hors de l'eau.

-

J'ai fait ce que tu m'as ordonné, l'informa Ti-Jean.

-

Le voyage fut bref, à ce que je vois.

-

Avec ces bottes de neuf lieues, je n'ai guère eu le temps d'admirer le paysage, occupé que j'étais à les retenir. Maintenant, tu dois honorer ta promesse et me révéler ce que j'ai gagné à t'obéir.

-

Tu y as gagné un royaume, un royaume encore sans roi, mais bientôt il en aura un.
N'est-on pas mieux de vivre sans roi, chacun pouvant ainsi penser qu'il est son propre maître?

-

Ce roi dont je te parle ne fera pas peser sur toi le joug de la tyrannie. Sans que tu le saches, tes pas ont arpenté un territoire pour le délimiter et lui donner une figure bien imprimée dans le sol où tes bottes se sont enfoncées. Et cette figure est celle d'un poisson qui naîtra dans les rivières que tu as traversées et viendra vivre dans ces eaux que tu contemples. Il sera d'une espèce indigène, et grâce à lui, le royaume ne connaîtra jamais le fléau de la faim qui afflige tant de peuples. Quand les hommes de l'avenir parviendront à cartographier le royaume, ils seront consternés de ce qu'ils découvriront, car leur carte offrira l'image d'un pays renversé. Ce qu'ils pensaient être un lac, leur apparaîtra une île, ce qui ébranlera leur entendement et leur science. Plus tard encore, les habitants de cette contrée seront fiers de répondre à ceux qui se montreront curieux de leur provenance: « Nous sommes d'une île à l'envers, d'un royaume qui a un poisson pour roi: la ouananiche.» Quant à moi, pour qu'advienne l'ère que je t'ai annoncée, il me faudra lui céder la place et me dissoudre dans un passé qui n'échappe au néant que par la vigilance inquiète de la mémoire. Voilà ce que t'a valu ta randonnée, Ti-Jean.
  Le roi des poissons retourna à son royaume liquide et Ti-Jean s'assit sur un promontoire qui dominait les eaux paresseuses du lac. Il se perdit dans ses songes.
  Combien de temps rêvassa-t-il, je ne saurais le dire. Mais je suis en mesure d'affirmer que sa rêverie dura le temps qu'un chapelet de villages et de villes s'égraine le long des rives du Saguenay et du Piékouagami.
Et c'est ainsi qu'un jour, venu admirer les eaux majestueuses du lac, mon regard croisa le sien et le tira de sa méditation. Il me salua et me fit signe de venir. J'y allai et après les civilités d'usage, il me conta son étrange course à travers la contrée. Puis il retourna vaquer aux aventures que lui suscitent sans cesse des suites de conteurs qui se relaient les uns les autres.
Depuis ce jour, j'ai conscience d'habiter une île à l'envers dans un royaume qui a un poisson pour roi. Et je dois avouer qu'à chaque fois que j'ai le privilège de manger de la ouananiche, j'ai le sentiment de faire un repas totémique.
« TACON-SITE DE L'EMBLÈME ANIMALIER »
Premier Tacon-Site
Réalisé à l'Auberge Ile du Repos
- Péribonka - 1995

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org