------------------------------------------------------------------------------------------

-
TACON-SITE DU MYTHE -
TACON-SITE DU MYTHE
Centre d'Histoire et d'Archéologie de la Métabetchouan
Desbiens

MANŒUVRE
« PIERRES BRULÉES »
2005
La mémoire enfouie sous la cendre du cercle de feu
renaît par la parole du mythe.

Les pierres sont assemblées pour former un cercle. Cette figure symbolique pour les Autochtones, devient ici le lieu d'un rituel qui se vivra comme une archéologie à l'envers. Pendant 3 jours, le feu transformera les objets usuels jetés par les passants. Une nouvelle vie, du sens jaillira des artefacts redécouverts grâce à l'imagination et à la créativité des participants, inventant ainsi un récit fabuleux. Voilà comment le mythe prend place dans la construction de l'histoire d'une civilisation. Les objets mythiques recueillis ont été déposés au centre du Tacon-Site afin qu'ils subissent, après l'épreuve du feu, l'épreuve du temps.

« LA QUESTE DE L'IMMORTALITÉ »
Contes de la Sagamie



FONDEMENT
À l'arrivée des Européens, le territoire actuel de la région du Lac-Saint-jean était occupé par les Amérindiens depuis 4 000 ans. Avant tout nomades, ne connaissant ni l'écriture, ni l'agriculture, ils ont inventé un type de société dont l'équilibre avec la nature constitue le principal fondement de leur culture. Ils ont mis sur pied un réseau important de circulation et d'échanges avec d'autres nations amérindiennes. Les traiteurs français et anglais en tireront d'ailleurs profit. Le cycle des saisons détermine les activités.

STATÉGIE D'INTERVENTION

4 à 5 types de pierres seront nécessaires à la construction du Tacon-Site du mythe afin de les superposées par couches successives dans le gabion métallique. Cette façon de faire est une référence aux strates géomorphologiques que l'on peut voir lors des fouilles dans des sites archéologiques. Quelques jours avant la réalisation du Tacon-Site, les pierres seront placées en cercles, formant autant de foyers où seront brûlés des objets usuels de la vie quotidienne actuelle. Après chaque feu, on recouvrira le foyer d'une couche de sable. Lors de l'événement, les pierres qui auront servi à encercler les feux seront déposées dans le Tacon-Site.

Les participants seront invités à fouiller le sol recouvert de sable et de cendre afin d'y découvrir les objets qui auront survécu à l'épreuve du feu. À l'aide de ces objets, nous pourrons faire le récit d'événements éloignés dans le temps, un temps bien avant l'histoire et peut-être bien avant la création du monde. Ces objets mythiques seront déposés au centre du Tacon-Site afin qu'ils subissent maintenant l'épreuve du temps.
------------------------------------------------------------------------------------------

-
TACON-SITE DES SEMENCES -
TACON-SITE DES SEMENCES
Centre d'Interprétation de l'Agriculture et de la Ruralité
Métabetchouan-Lac-À-La-Croix

MANŒUVRE
« PIERRES ENSEMENCÉES »
2005
Au printemps, à l'ombre de l'épouvantail,
maïs, haricots et courges, tous solidaires,
croissent en attente du partage automnal.


Au printemps, au moment des semis, les agriculteurs apportent les pierres arrachées à leur champ afin d'encercler le «Jardin des 3 sœurs». Les Autochtones appellent la courge, le maïs et le haricot, les trois sœurs. Ils avaient remarqué que la courge, le maïs et le haricot s'entraidaient. Les grandes feuilles du maïs protégeaient les courges du vent et du soleil trop brûlant, de plus leurs tiges servaient de tuteur pour les haricots grimpants qui s'y enroulaient, ceux-ci fournissaient l'azote aux racines du maïs. Un épouvantail installé à l'entrée du jardin protège les semences des prédateurs. À l'automne, c'est le festin autour de la récolte. Un potage des 3 sœurs est partagé avec les membres de la communauté venus déposer les pierres ensemencées au sein du Tacon-Site.

« LES TROIS PIERRES FÉCONDES »
Contes de la Sagamie



FONDEMENT
Au Lac-Saint-Jean, les cours d'eau ne servent plus seulement à faire descendre les peaux de fourrures, mais à faire flotter du bois et à actionner les scieries et les meuneries. Par la suite, une agriculture de survie s'installe en bordure du lac. Avec l'arrivée du chemin de fer, l'agriculture de marché s'ouvre en se spécialisant vers l'industrie laitière.

STATÉGIE D'INTERVENTION

Au printemps, au moment des semis, nous proposons de réaliser un « Jardin des trois sœurs » dans l'espace désigné par le . Les Autochtones appellent la courge, le maïs et le haricot, les trois sœurs. Ils avaient remarqué que la courge, le maïs et le haricot s'entraidaient. Les grandes feuilles du maïs protégeaient les courges du vent et du soleil trop brûlant, de plus leurs tiges servaient de tuteur pour les haricots grimpants qui s'y enroulaient, ceux-ci fournissaient l'azote aux racines du maïs. Selon Françoise Kayler, les « trois sœurs » combinées dans un même plat donne un aliment complet.

Le jardin sera délimité par des pierres qui auront été recueillies par les agriculteurs de la municipalité de Métabetchouane-Lac-à-la-Croix lors de la préparation de leur semis. Environ 500 pierres seront nécessaires à la fabrication du jardin et du
Tacon-Site des semences. De plus, un épouvantail est installé à l'entrée du jardin afin de protéger les semences des prédateurs (Festival des épouvantails de Métabetchouane-Lac-à-la-Croix).

------------------------------------------------------------------------------------------

-
TACON-SITE DE LA FRANCOPHONIE -
TACON-SITE DE LA FRANCOPHONIE
Halte touristique
Hébertville

MANŒUVRE
« PIERRES LETTRÉES »
2005
Jeux de lettres et jeux de mots où se forgent
une langue et une pensée occupant le territoire.


Stratégiquement, la manœuvre prend les couleurs d'une véritable fête populaire où toute la communauté est invitée à participer au « Tintamarre des mots » lors de la Fête nationale du Québec, le 24 juin à Hébertville. Les pierres lettrées déposées au sol attendent d'être assemblées pour former les mots justes qui détermineront la fin de la partie. L'enjeu met en situation notre rapport à la culture à laquelle nous appartenons et le territoire que nous occupons. Le fait francophone détermine notre identité en tant que peuple occupant un lieu désigné dans sa langue. Le Tacon-Site porte en lui tous les mots de la langue française.

« LA GRANDE ÉPELLATION DU PAYS »
Contes de la Sagamie



FONDEMENT
Le fondement porteur de la création de ce Tacon-Site propose une affirmation de notre nation et de la langue officielle du Québec. Stratégiquement, l'événement prendra les couleurs d'une véritable fête populaire où toute la population sera invitée à participer au «
Tintamarre des mots» lors de la Fête nationale du Québec qui se tiendra à Hébertville.

Sur le lieu de la fête, nous trouverons un immense jeu de Scrabble qui occupera un grand espace. 5 équipes de 10 personnes seront invités à jouer à un Scrabble Duplicate. Les pierres seront distribuées selon les règles du jeu aux participants. Une fois toutes les pierres utilisées, nous proclamerons une équipe gagnante qui sera invitée ainsi que les participants à déposer les pierres-mots dans le Tacon-Site.

STATÉGIE D'INTERVENTION
Pour ce faire, un char allégorique portant le gabion métallique et les pierres toutes marquées d'une lettre de l'alphabet se déplacera vers le lieu où sera installé le
Tacon-Site de la francophonie. Les participants à la fête seront invités à réaliser le monument. Une fois complété, une pierre de granit avec une inscription soulignant le fait francophone au Québec et son apport à l'édification du Lac-Saint-Jean sera enchâssée dans le Tacon-Site de la francophonie.

------------------------------------------------------------------------------------------

-
TACON-SITE DES ROUTES D'EAU -
TACON-SITE DES ROUTES D'EAU
Halte vélo, rang St-Isidore
Hébertville

MANŒUVRE
« PIERRES PORTÉES »
2005
Sur le chemin qui marche , un radeau porté par 60 voiles
traverse le territoire rêvé.

Ce Tacon-Site est dédié aux chemins d'eau, routes patrimoniales reliant les autres régions du Québec au Lac-Saint-Jean. La manœuvre picturale évoque l'épopée héroïque du Curé Nicolas Tolentin Hébert et de ses colons venus s'installer à Hébertville en 1849. Afin de figurer le radeau aux 60 voiles et les objets nécessaires à la colonisation, les artistes et les visiteurs de l'Odyssée des bâtisseurs ont peint sur 60 poches de jute, les vivres, animaux et matériaux que les pionniers devaient apporter lors de l'expédition afin d'établir le premier village du Lac-Saint-Jean. Ces toiles sont devenues voiles lors de l'installation qui a pris place dans une des salles d'exposition de la Maison des Bâtisseurs. Le Tacon-Site est installé sur un radeau de pierres placé tout près de la rivière qui a porté le radeau des premiers arrivants.

« TI-JEAN ET LE RADEAU VOLANT»
Contes de la Sagamie



FONDEMENT
En 1849, le curé Hébert avait été chargé par le Bureau d'une première exploration au lac Saint-Jean. Il en avait fait pratiquement le tour et avait une bonne idée des terres cultivables. Son plan, depuis le début, était d'ouvrir le chemin Kénogami, jusqu'à la rivière Métabetchouane et de distribuer les lots le long de ce chemin. En 1850, il avait conduit 75 hommes sur les lieux, en partant de kamouraska. Le radeau qu'il avait fabriqué pour traverser le lac Kénogami avec ses hommes et leur bagage était muni de 60 voiles, ce qui donne une idée de l'ampleur de ces expéditions. Il renouvela l'expérience en 1851. À la fin de mai 1852, il traversa le lac avec sept familles, les premières du lac Saint-Jean.

STATÉGIE D'INTERVENTION
Ce Tacon-Site, dédié aux chemins d'eau, routes patrimoniales concernant à la fois les amérindiens et les premiers colons, sont les premiers chemins liant les autres régions du Québec au Lac-Saint-Jean. Le fondement de la création du
Tacon-Site des routes d'eau décrit l'épopée héroïque du Curé Nicolas Tolentin Hébert et de ses colons venus s'installer à Hébertville en 1849, premier village du Lac-Saint-Jean. Le Tacon-Site sera construit sur un radeau ancré sur un monticule tout près du lac vert à Hébertville. Sa position dans l'espace permettra de l'observer comme s'il flottait sur l'eau. Les pierres seront portagées à la façon des porteurs d'eau. Les seaux d'eau seront remplacés par des sacs remplies de pierres accrochées à une perche. Ces sacs rappelleront les vivres et le matériel que devaient apporter les pionniers dans leurs expéditions (sacs de farine, semences, chevaux,vaches,poules, planches etc…).

Sur le site de l'Odyssée des bâtisseurs à Alma, un animateur personnifiant le Curé Hébert expliquera aux visiteurs la planification et l'organisation de cette aventure hors du commun qu'a été la colonisation du Lac-Saint-Jean. Afin de figurer le radeau aux 60 voiles et les vivres, animaux et matériaux que les pionniers devaient apporter lors de l'expédition, nous réaliserons une manœuvre picturale impliquant des artistes et les visiteurs de l'Odyssée des bâtisseurs. Sur
60 toiles symbolisant les 60 voiles du radeau du Curé Hébert seront peints des chevaux, des vaches, des maisons, des étables, un moulin à farine, du pain, des légumes et tout autre élément nécessaire à l'établissement du premier village du Lac-Saint-Jean. Ces toiles deviendront sacs et serviront au transport des roches lors de la réalisation du Tacon-Site des routes d'eau.

------------------------------------------------------------------------------------------

-
TACON-SITE DU GÉNOME HUMAIN -
TACON-SITE DU GÉNOME HUMAIN
Centre National d'Exposition
Jonquière, Saguenay

MANŒUVRE
« PIERRES CODÉES »
2005
Notre communauté se partage les mêmes pierres et
chaque pierre est unique et un monde en soi.

Le gène fait partie intégrante de notre identité comme individu et comme société. Cette manœuvre a exigé la participation d'une classe de sixième année de l'école Saint-Jean Baptiste de Jonquière (Saguenay). Nous avons mis à leur disposition 4 pierres différentes dans leurs formes et leurs couleurs symbolisant les 4 bases du gène humain. Les élèves ont réalisé des personages et des symboles en assemblant au sol les pierres de différentes manières. Un village imaginaire composé d'hommes, de femmes et d'enfants tous uniques a ainsi été créé. À la fin de la manœuvre, cette communauté de pierres a été déposée dans le Tacon-Site comme symbole de la mise en commun de notre patrimoine génétique.

« LES MOTS PERDUS DE LA VIE »
Contes de la Sagamie



FONDEMENT
Une activité pédagogique a été organisée pour une classe de sixième année de l'école Saint-Jean Baptiste de Jonquière par l'organisme CORAMH. Les élèves ont pris connaissance des recherches sur le génome humain et des incidences sur les populations. Le gène fait partie intégrante de notre identité comme individu et comme société. Par la suite, les élèves ont été invités à construire le Tacon-Site du génome humain.

Les jeunes contribuent à ce projet
Sous la thématique du génome humain, le tacon du mont Jacob (construit à partir de pierres de la région) a été réalisé en collaboration avec les étudiants de 6e année de l'École St-Jean Baptiste (arrondissement Jonquière) et leur enseignante madame Thérèse Tremblay.

STATÉGIE D'INTERVENTION
Pour se faire, nous avons mis à leur disposition 4 pierres différentes dans leur forme et leur couleur symbolisant les 4 bases du gène. Les élèves ont été informés du grand projet de solidarité Événement-Ouananiche et par la suite ils ont réalisé la fabrication de personnages en assemblant au sol les pierres de différentes manières. Il s'agira de créer un village imaginaire composé d'hommes, de femmes et d'enfants tous différents et ayant leur propre identité. À la fin de l'activité, tous les personnages ont été déposés dans le Tacon-Site du génome humain, symbolisant ainsi la mise en commun de notre patrimoine génétique régional lors de la colonisation.
------------------------------------------------------------------------------------------

TACON-SITE DE L'EMBLÈME ANIMALIER
Auberge Ile du Repos
Péribonka
MANŒUVRE
« PIERRES TOTÉMIQUES »
1995
Un territoire solidaire et démesuré qui est marché d'est en ouest.

En 1988, le Saguenay-Lac-Saint-Jean se dote officiellement d'un emblème animalier. La Ouananiche devient un signe de solidarité régional qui sera repris par le duo d'artistes Alain Laroche et Jocelyn Maltais d'Interaction Qui pour en faire le projet «Événement-Ouananiche». Lors du centenaire de la municipalité de Larouche (1995), les artistes proposent au comité du centenaire de réaliser le premier Tacon-Site sous le signe de la solidarité. C'est donc par un don du monument aux responsables de l'Auberge de l'Ile du repos de la municipalité de Péribonka que se fit la première manœuvre. Celle-ci consistait à déplacer les pierres que les citoyens de Larouche avaient ramassées chez eux vers Péribonka pour les déposer dans le gabion de métal à l'effigie de l'emblème animalier. Ce don marque le territoire d'un symbole totémique.

« LES PAS DE TI-JEAN »
Contes de la Sagamie



TACON-SITE DE L'ARBRE
Polyvalente Cité-Étudiante
Roberval
MANŒUVRE
« PIERRES PLANTÉES»
2005
D'une forêt de cailloux va naître le royaume des arbres.

Ce Tacon-Site est un monument permanent dédié à l'arbre comme représentant d'une nature participant à la survie de l'humanité. Que l'on pense à la forêt comme poumon de notre planète, comme habitat de la flore et de la faune et comme matériaux pour notre propre habitat, l'arbre se doit d'être protégé et mis en valeur. Pour la manœuvre, les élèves de l'École Benoît-Duhamel ont peint sur des cailloux un arbre ou une forêt. Chaque pierre peinte prenait ici valeur de support à un échange sur le plan de l'imaginaire : une forêt de pierres pour une forêt naturelle et durable. Les élèves ont apporté leur arbre de pierre à la Cité-Étudiante et l'on échangé contre un arbre qu'il pouvait planter dans leur milieu de vie. Par la suite, tous les arbres-cailloux, cette forêt multicolore, ont été enfouis au sein du Tacon-Site.

« CELUI QUI PLANTAIT DES PIERRES »
Contes de la Sagamie