L'Art Social en question

Animation : Agrandir



Vidéo de la conférence intitulée : « L’art social, un nouveau système de l’art ». prononcée par Alain Laroche le 22 septembre 2012. Cet événement était organisé par TEDx Sainte-Marie de Beauce.

Texte tiré de l'édition octobre 2011 de la revue ZONE OCCUPÉE, écrit par Alain Laroche sur l’art, la culture et la ruralité :
À découvrir : «
En ruralité, l’art est-il exclu de la culture? »

« Méthode de réalisation d’un projet artistique dans une communauté rurale »
Cette méthode a été formalisé à partir de l'expérience de Alain Laroche et Jocelyn Maltais ainsi que des réflexions des ateliers du 23 mars et du 22 juin 2011 du projet L'art et la culture pour le développment durable des communautés rurales. Elle a été présentée au forum du 1er octobre 2011 sous la direction de RAVIR.

Entrevue tirée de la première édition de la revue ZONE OCCUPÉE
Art-culture-réflexion au Saguenay-Lac-Saint-Jean - Publié par
IQ L'Atelier
Patrick Moisan rencontre /
Alain Laroche au sujet de l'Art social
Publication lancé le 25 mars 2011 à La Boîte à bleuets d'Alma
À découvrir :
Texte de l'entrevue avec Alain Laroche

FORUM organisé par RAVIR (regroupement des artistes vivant en ruralité)
Alain Laroche /Jocelyn Maltais
Conférenciers au Forum sur
«
L’art et la culture pour le développement durable des communautés rurales »
le 23 mars 2011, à Saint-Camille (Canton de l'Est).
- Texte de réflexion préparatoire à l’atelier/conférence.
À découvrir :
Les documents synthèse de l'ateliers « L'art et la culture dans la communauté et l'environnement » (textes, documents audio et vidéos) sont maintenant en ligne.

Archives vidéos de la conférence de Alain Laroche, ce 23 mars 2011 à Saint-Camille, lors de la présentation du projet « La Grande Marche des Tacons-Sites » conçu par le duo d'artistes Alain Laroche et Jocelyn Maltais; conférence dans le contexte du projet « L'art et la culture dans la communauté et l'environnement », conduit par RAVIR.

COLLOQUE LES ARTS ET LA VILLE 2008
Titre : «
La participation citoyenne aux arts : des stratégies qui fonctionnent»
LA GRANDE MARCHE DES TACONS-SITES
Sculptures environnementales et sociales
Alain Laroche /Jocelyn Maltais
INTERACTION QUI LTÉE
15 mai 2008

Dans ce texte, le collectif d'artistes,
Alain Laroche et Jocelyn Maltais d'Interaction Qui Ltée, expose les balises de leur travail concernant « La Grande Marche des Tacons-Sites ». Il s'agit ici de créations artistiques multidisciplinaires, réalisées collectivement dans des lieux publics non dédiés à l'art. Cette pratique artistique, qu'il qualifie de sociale, oriente son action vers la communauté qui très souvent participe à la réalisation de l'œuvre. Les thématiques sont choisies en fonction du contexte culturel du milieu d'accueil. Les artistes utilisent des matériaux et des techniques accessibles à tous. Leurs stratégies d'intervention reposent sur le geste qui fait du sens. L'échange convivial entre les participants, les collaborations spontanées et le partage d'expertise sont des comportements et des attitudes encouragés lors de la réalisation des actions performatives.

Auteur : Pascal Nicolas-Le Strat
Titre :
L'expérience de la co-création, l'art qui s'entremet

Ce texte a été rédigé à l'issue des journées - Rencontres nationales en région pour l'action culturelle et artistique - organisées à Grenoble les 8 et 9 janvier 2000 par la revue Cassandre - Paroles de Théâtre et la Ligue de l'enseignement. Ces journées se proposaient de contribuer à la relégitimation de l'action culturelle et artistique et, à cette fin, d'établir un bilan des expériences locales et des moyens mis à disposition des équipes qui œuvrent à la jonction art/société et d'en souligner acquis et lacunes. Elles soumettaient à la discussion plusieurs questionnements sur ces pratiques artistiques : les populations, les territoires et les médiations institutionnelles qu'elles impliquent, les processus particuliers qu'elles mettent en œuvre avec les populations concernées, les définitions de l'art sous-jacentes à de telles pratiques et leurs conséquences aux plans esthétiques et politiques.

Certaines questions fondatrices de l'art social y sont abordées.
Entre autre :
Comment l'artiste peut-il faire sienne une "œuvre" produite en commun avec un public, en situation de co-création avec lui ? Qu'est-ce qui autorise à réunir sous la seule signature de l'artiste - la multiplicité des choses produites en commun ?

Titre : « L'ART SOCIAL ET L'ESPACE PUBLIC »
Henri-Pierre JEUDY Laurence CARRE
Février 2000
Ministère de la Culture et de la Communication, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Délégation Interministérielle à la Ville, Fonds d'Action Sociale et Plan Urbain

Cette recherche sur l'art social et l'espace public s'est confrontée d'emblée à de nombreuses ambiguïtés qui sont dues, pour une bonne part, à l'esthétisation implicite que suppose une pareille démarche. Bien entendu, on peut éluder ce genre de questionnement et considérer l'objet de la recherche d'un point de vue purement objectif et rationnel en analysant ce qui effectivement se produit comme "art social" dans l'espace public. Encore faudrait-il savoir ce qu'on désigne sous une telle appellation puisque toute oeuvre d'artiste inscrite dans l'espace public ne peut qu'exercer un rôle social, à l'insu même de la volonté de son créateur...

Document : Mémoire de maîtrise (Université du Québec à Chicoutimi)
Auteur :
Laroche, Alain.
Titre : « SIXTHÈMESYSTÈME »
Editeur : Chicoutimi : Université du Québec à Chicoutimi, 1987.
DOI
:
http://dx.doi.org/doi:10.1522/1445877
URL :
http://theses.uqac.ca/resume_these.php?idnotice=1445877

Résumé :
Rendre visible, l'invisible complexe, serait fondamentalement l'objectif de tout systémiste. «Six/thème/système» se veut une oeuvre qui rend visible les multiples interactions, jeux de relation et espace, entre les éléments d'une structure instaurée sur le social. Cela exige un modèle suffisamment fiable pouvant simuler le réel dans un temps et un espace déterminés. La simulation est un simulacre capable de transposer les activités de la représentation et permet à l'artiste et au public de faire une expérience de co-création dans un champ social parfois très accidenté. Il faut donc, pour comprendre ce terrain, support de l'oeuvre, faire l'inventaire des caractéristiques des plans sociaux. Pour ce qui concerne six/thème/système, les milieux .éducatifs, politiques, culturels et communautaires sont les lieux privilégiés, choisis pour leur capacité à organiser des événements entrant en conjoncture empathique avec les intentions de l'oeuvre. Une fois les terrains délimités, l'oeuvre s'engage dans un processus d'auto-construction à l'aide d'une procédure téléologique et heuristique.

Tous les procédés utilisés lors de l'exécution de l'œuvre sont des méthodes appropriées à la qualité de l'environnement. La simulation génère une activité de création de biens diversifiés. Ces artefacts que l'on retrouve sur les lieux, suite à l'opération du système, sont des éléments ou faits observables sur lesquels il est possible de faire du sens. La suite événementielle (événement et non événement) est la trajectoire que suit l'évolution du projet. Ce processus décrit les différentes formes que prend le répertoire du système à travers sa durée ou son calendrier (Bernard Wallinser).

Titre : Aperçu de la pratique et de la collaboration contemporaines en art éco
L'ART ET L'ÉCOLOGIE - LABORATOIRE D'IDÉES SUR L'ART ET LA VIABILITÉ
VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE - LE 27 AVRIL 2006

Le Conseil des Arts du Canada, la Commission canadienne pour l'UNESCO, la Vancouver Foundation et la Royal Society for the Encouragement of the Arts, Manufactures and Commerce (Londres, R.-U.)

Rapport de recherche, préparé par Beth Carruthers

Le présent document est une ébauche rédigée à l'intention du laboratoire d'idées sur les arts et l'écologie tenu à vancouver au printemps de 2006. Il explore les tendances, les enjeux et les progrès de la collaboration entre des artistes, des groupes environnementaux, des collectivités et des scientifiques dans le domaine de l'art éco. Il examine, en outre, les suggestions pour l'avenir de telles collaborations, notamment les moyens pour mieux soutenir ce travail. Or, pour qu'il soit pertinent localement et utile aux participants de la rencontre, le document porte sur des réalisations canadiennes et, plus spécifiquement, sur celles provenant de l'ouest du pays. Cependant, son but est de fournir un aperçu des pratiques de collaboration dans les domaines des arts et de l'écologie, plutôt que des projets. Ainsi, quoiqu'il fasse mention des projets spécifiques ou des praticiens, à titre d'exemple, il ne se veut pas un catalogue des praticiens ou des œuvres.

Titre : Manuel des arts communautaires
… une connexion de plus
Conseil des Arts de l'Ontario

Angela Lee,recherchiste-rédactrice, Toronto.

Ce manuel s'adresse aux artistes, aux collectivités et à tous ceux qui sont actifs dans le milieu des arts communautaires ou envisagent de l'être. Il a comme objectif de mettre les arts communautaires en contexte et de servir de guide pratique - conseils, infrastructures, techniques - qui aidera les artistes, les travailleurs du secteur culturel et les collectivités à planifier, à entreprendre, à achever et à évaluer un projet artistique communautaire.

Titre : La culture dans les petites villes et les municipalités rurales
Recherches sur les arts
www.SurLesArts.com

Dans ce numéro : Plusieurs rapports récents ont examiné l'apport des arts à la qualité de vie ainsi qu'au bien-être social et économique des petites villes et des municipalités rurales. Ces rapports ont également examiné les facteurs qui attirent les artistes et qui contribuent à la vitalité des arts dans ces collectivités.

Logo IQLINTERACTION QUI LTÉE
Alain Laroche /Jocelyn Maltais

3135, des Mésanges,
Alma, QC Canada G8B 5V3

Site officiel www.ouananiche.org

Vers le haut

Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 15 octobre 2012

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre