Curriculum Vitae


Interaction Qui. L'art, c'est toi itou
Deux décennies d'art social


Texte de Guy Sioui Durand

LA NOYADE DE MARIA CHAPDELAINE (1985)
- Piquer les éléments d'un langage - Signaler le point perturbateur

Vue détaillée - Panneau 1

Panneau 2

Panneau 3

LA NOYADE DE MARIA CHAPDELAINE (1985)
- Piquer les éléments d'un langage - Signaler le point perturbateur
L'eau des rivières qui converge vers le grand lac Saint-Jean (Piekuakami) est le matériau conducteur des événements d'Interaction Qui allant d'Intervention 58 à Événement-Ouananiche en passant par Pointe d'Appel et La Noyade de Maria Chapdelaine.

La Noyade de Maria Chapdelaine est une manœuvre multimédia politiquement engagée d'Alain Laroche en 1985. À la fois (1) sérigraphie fusionnant documents d'archives et captation des images télévisées d'audiences publiques, (2) publication d'avis dans la rubrique des décès de l'hebdomadaire Progrès-Dimanche, le journal régional, (3) et ajout littéraire au célèbre roman Maria Chapdelaine de Louis Hémon comme mémoire présenté comme tel à l'audience publique portant sur la stabilisation des berges du lac Saint-Jean à Alma, La Noyade de Maria Chapdelaine a une envergure régionale pas banale.

L'artiste y a fusionné une stratégie visuelle et littéraire pour raviver la dialectique entre deux discours de conscience historique incompatibles : le propos des intérêts économiques de la multinationale Alcan et ceux des groupes qui entendent protéger l'environnement et l'écosystème du lac Saint-Jean.

Une sérigraphie donne à voir des images des inondations de 1927 et l'érosion provoquée telle que visible en 1970 des berges où se situent le petit village de Saint-Cœur-de-Marie. L'œuvre est confrontée à une mosaïque de clichés photographiques en rafale reconstruisant le dépôt des représentants de l'Alcan de leur argumentation selon laquelle, la compagnie n'avait jamais et n'entendait aucunement mettre en péril l'environnement par ses demandes de barrages hydroélectriques et les flux et reflux provoqués dans le lac Saint-Jean, utilisé comme un réservoir. Les images s'affrontent et remuent les consciences. Loin de s'en tenir à un constat visuel dans une création en retrait de l'action démocratique, Laroche passe à l'action. Prétextant l'inachèvement du fameux roman de Louis Hémon dont le récit se passe sur les berges du lac Saint-Jean, Laroche compose un chapitre nouveau, dont l'action se passe de nos jours. Les mêmes personnages incarnent les deux visions du monde antagonistes : écologique pour Maria et son mari et affairiste pour son ancien prétendant. Les projets de ce dernier, devenu administrateur de l'Alcan vont provoquer l'inondation du village de Saint-Méthode où vit la famille de Maria Chapdelaine qui se noiera dans l'inondation du village due au rehaussement du niveau des eaux du lac ! Laroche dépose l'écrit comme document aux audiences publiques. Cette action anticipe le passage d'un art sociologique critique des institutions vers un art social qui accentue la question de la survie et du développement de la région. On peut y voir le sens avant-coureur du grand Événemen-Ouananiche comme rassembleur et développeur des communautés locales.

Après cette ébullition d'interventions communautaires du début des années 1980, la contestation va progressivement céder le pas à la consolidation, une attitude stratégique qui correspond à la période de crise économique, sociale. Ce passage sera vécu de manière personnelle chez le duo. Cet " entre-deux " mérite néanmoins attention pour comprendre leur évolution.

Texte de Guy Sioui Durand

Fermer la fenêtre


Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org