Curriculum Vitae


Interaction Qui. L'art, c'est toi itou
Deux décennies d'art social


Texte de Guy Sioui Durand

INTERVENTION 58 (1980)
- Percer le rituel de la vie - Signaler le point perturbateur

Inscrite au volet art performance du Symposium International de Sculpture Environnementale de Chicoutimi, Intervention 58 de Jocelyn Maltais sera réalisée en juillet 1980 à Alma. De par son propos à la fois spirituel et écologique, ses stratégies de réalisation fusionnant rituel et participation populaire, ses dimensions d'art sociologique et de sculpture environnementale au cœur de la cité et des répercussions transformant non seulement la conscience collective, la durée de l'événement mais de manière politique, la vie locale jusqu'en 1987, Intervention 58 n'a rien perdu, deux décennies plus tard, de ses qualités avant-gardistes comme art d'intervention qui ont façonné, dès le début, Interaction Qui.

Les cours d'eau pollués par l'industrialisation-urbanisation, la culture de masse aliénée à des modèles étrangers, la nécessité non seulement de dénoncer mais encore de se changer soi-même tout en initiant une transformation réelle de l'environnement en y associant la population comme action politique par l'art, sont les intentions que va concrétiser Jocelyn Maltais en une extravagante œuvre environnementale conviant sculpture publique, performance et art sociologique

Jocelyn Maltais et ses complices, de nombreux groupes écologistes et communautaires de la région sans oublier l'adhésion des instances politiques municipales et régionales du pouvoir commencent la réalisation du rituel environnemental le 16 juillet qui va se terminer 58 heures plus tard, le vendredi 18 juillet. Du centre de la fontaine, il a tendu 58 câbles, un par heure, jusqu'au cercle de ciment qui l'entoure. Au sommet de la partie centrale de la fontaine, il fera installer par hélicoptère, deux énormes fosses septiques qui constituent, dans son optique, des éléments provocateurs. À 500 mètres de l'extrémité de chacun des câbles, un arbre est planté, formant ainsi un cercle de verdure dans la ville, dont le centre est devenu la fontaine. Il faut dire que pendant ce temps, un nettoyage collectif des rues de la ville a lieu.

En finale, Maltais vient ériger sur la fontaine une statue de bois représentant symboliquement tout pollueur pour être immolée. Elle est même allumée, signe de détournement artistique du politique, par le ministre provincial de l'environnement de l'époque ! L'artiste se dénude (un geste, à ses dires) qui marquera de manière indélébile les rapports futurs de Maltais avec ses concitoyens) et brûle ses vêtements souillés par leur contact avec la rivière, dans un geste personnel de purification qui rejoint ceux du ménage urbain, de la plantation d'arbres et du dépôt permanent des fosses septiques sur l'obsolète fontaine.

Comme l'ont décrit plusieurs, le site d' Intervention 58 se situe dans cette rivière très polluée, surnommée " la Petite Décharge ", qui est en fait un des bras de la rivière Saguenay sillonnant Alma, l'autre étant la " Grande Décharge ". Ce choix stratégique par le sculpteur /performeur n'a rien du hasard. L'événement cible cette fontaine lumineuse au centre de la rivière et qui ne fonctionne plus (elle coûterait trop cher, aux yeux de la municipalité, à réparer). Ornement urbain honteux visible de tous, cette sculpture/fontaine, un héritage du Centenaire de la Confédération canadienne fêté en 1967, se dresse de plus en plein château-fort péquiste. Pour plusieurs, c'est le symbole " kisth " de l'aliénation esthétique en pleine nature souillée! Or la visée politique d'Intervention 58 est plus concrète : faire pression sur les élus municipaux qui tergiversent avec un dossier litigieux de plusieurs millions, soit celui de la construction d'une usine de filtration, c'est-à-dire la reconnaissance de la pollution des cours d'eau par des pollueurs corporatifs, qui sont aussi les gros employeurs de la place comme les papetières et l'aluminerie !

Objet de controverse à toutes les campagnes politiques locales entre 1981 et 1987, alors que les fosses septiques seront finalement remisées, Intervention 58 a vraiment changé le cours de la quotidienneté d'Alma. Un sondage inclus dans la manifestation socio-artistique Métamorfosse, destinée à trouver un nom à la sculpture/fontaine, avait démontré en 1982 une réelle transformation de la conscience écologique des gens vivant au centre-ville d'Alma.

Il faudra attendre au début des années 2000 pour conclure sur l'impact émancipatoire d'Intervention 58 : l'usine d'épuration fonctionnelle assure la dépollution effective de la rivière Petite Décharge, permettant à nouveau à la ouananiche de remonter vers le lac. Le rituel environnemental comme art action entrepris vingt ans plus tôt y trouve sans doute son achèvement : l'environnement local a changé. Pendant ce temps Interaction Qui aura poursuivi son engagement écologique. Événement-Ouananiche viendra confirmer que la vision écologique, avec le milieu halieutique comme épicentre, sera une constante de bien d'autres événements du collectif.
Ensemble, le Manifeste/Action, Intervention 58, Une Rue Art'Faire et La Salle Tremblé plafonnée, entre 1980 et 1983, définissent la phase d'émergence d'Interaction Qui.

Texte de Guy Sioui Durand

Fermer la fenêtre


Partenariat de Ville d'Alma

Partenariat avec www.sagamie.org