Arts et technologies informatisées

À propos de ma démarche par JACQUES DE TONNANCOUR

 
© Jacques De Tonnancour
« Assez tard dans ma vie, j'ai trouvé la réponse à une question clé qui m'habitait obstinément sans toutefois se faire trop pressante : quels liens ont pu m'attacher aux insectes autant qu'à l'art, à tel point que les deux domaines m'ont toujours semblé s'équivaloir? Quel sentiment m'animait alors que je retournais des pierres, au cas où se trouverait sous l'une ou l'autre, un carabe encore jamais vu, de moi en tout cas? Était-ce le même sentiment qui me mettait le cur en émoi lorsque je lançais mes mouches tout près du vieux tronc noyé où la truite des truites aurait répondu à mon appel? Et pourquoi ai-je sondé les eaux mystérieuses de l'inconscient pendant si longtemps en jouant avec des formes, des couleurs, des textures que je reconnais maintenant comme autant de leurres pour attraper des signifiances cachées au fond de moi, ce qui est d'une importance vitale; car le « to be or not to be » se joue entre la signifiance ou l'insignifiance.
Cette prise de conscience m'amena à reconnaître que la passion des insectes, de la pêche et de l'art représentait des formes convergentes de la même quête : elles étaient toutes axées sur ce que j'identifie maintenant comme le monde apparitionnel.

Le mot fait allusion à tout ce qui passe de l'inconnu au connu, de l'inconscient au conscient, bref à tout ce qui passe d'un autre monde à celui-ci. Malheureusement, ce passage s'accomplit toujours de l'infini au fini et l'infini risque toujours de se faire couper les ailes en arrivant dans le fini, dans le réel et le quotidien.

Il faut toujours repartir... en quête d'apparitions nouvelles!
»
 
  Sources :
Des insectes à l'art et... de l'art aux insectes
Par Jacques de Tonnancour, artiste-peintre et photographe
(Ce texte a été publié dans L'insecte au fil, vol.6, no 1, 1998.)
 

Fermer la fenêtre


Partenariat avec www.sagamie.org

ATI