Arts et technologies informatisées

À la manière d'Arcimboldo

par Michèle Pelletier

À propos de ma démarche

Photo de MichŹle Pelletier

Mes créations

Forum télématique

«Vous cherchez à me connaître mieux ? Alors lisez ce petit message et vous en saurez un peu plus sur moi. Pas tout parce que moi-même j’ignore qui je suis complètement mais bon…
Toute petite, je dessinais partout : les boîtes, les factures, les journaux et même sur les murs de mon sous-sol ! Le dessin est pour moi une façon d’extérioriser mes démons. Toutes mes frustrations coulent à travers mon crayon pour descendre sur le papier créant ainsi un dessin surréaliste et inexplicable mais bon, chacun ses méthodes ! Quand fut venu le temps de m’inscrire au cégep, j’avoue que j’hésitais entre deux choses : travailler dans le domaine de l’art ou devenir vétérinaire pour gagner beaucoup d’argent. Alors je me suis fier à un vieux proverbe qui dit : L’argent ne fait pas le bonheur. Me voilà donc en ATI et je ne le regrette pas.
Maintenant parlons de mes qualités et mes défauts. Généreuse, honnête, amicale et pleine de vie sont mes qualités quoiqu'en pensent les gens. Mais je possède un énorme défaut qui est mon caractère de cochon mais je vous avoue que celui-ci fait mon charme!! Pour finir, je suis très successible et je déteste les menteurs ; alors si vous êtes de ce genre, restez loin de moi !
Je ne vis que pour une chose : mourir. C’est la même chose pour tout le monde sauf que moi j’en suis consciente et essaie de vivre pleinement la journée comme si c’était la dernière. Le dessin que j’ai fait à partir de mon profil est inspirer du feu et des papillons. Depuis longtemps je suis fasciné par le feu. Même si maintes fois je me suis brûlée, je perçois le feu comme si celui était vivant. Il étouffe s’il n’a pas assez d’air, grandi si on le nourri, n’a peur de rien et fonce à toute allure. De plus il est très difficile de le maîtriser. Autant il peut être indispensable pour notre société autant il peut être nuisible à celle-ci. Pourquoi une fascination envers ce destructeur ? J’en ai aucune idée, mais souvent je m’assois devant le foyer et je contemple les flammes vaciller de gauche à droite cherchant à grandir encore et encore…
Pour ce qui est des papillons, ce n’est pas pour leur élégance, quoiqu’ils sont très jolis, mais plutôt pour leur vie. Celui-ci possède deux vies; ce que je lui envie. Du jour au lendemain, le petit être rampant et gros qu’il était devient splendide et élégant, pouvant réaliser le rêve de l’être humain qui est de voler.»

Mes creations

Mozaique

Profils



F-2

E-8

# 45

# 44

# 43

# 42

paves/F/45-F-2.jpg

paves/E/45-E-8.jpg

paves/45-45-01.jpg

paves/44-45-02.jpg

paves/43-45-03.jpg

paves/42-45-04.jpg

2001/02/05

2001/02/19

2001/01/22

2001/01/29

2001/02/12

2001/02/26


Forum télématique

THÉMATIQUES ABORDÉES

" L'Identité, le Portrait, le Territoire, le Paysage et l'Art total "

Alain Loroche a écrit :
Les technologies informatiques, de par leur nature, nous éloignent du sujet, c’est à dire des lieux naturels.
Il est vrai de dire que les technologies informatiques nous éloignent de la nature, même qu'elle nous enferment à l'intérieur, et ce dans les deux sens. Premièrement ces "nouvelles technologies" nous enferment dans un lieu qui nécessite de l'électricité ; donc dans une bâtisse. Le fait que nous passons la majorité du temps à travailler avec ces nouveaux " enfants " de la technologie nous condamnent à rester à l'intérieur, nous privant de la nature. De plus ils nous enferment intérieurement parce qu'ils nous séparent de la réalité. Le temps passe à toute allure et la majorité du monde préfèreront passé du temps àtravailler sur ces technologies que de sortir prendre une marche ou simplement écouter la vie.
La nature est notre mère, notre ange gardien et notre meilleure source d'éloignement de la civilisation. Avec le temps, nous nous épuisons à vivre toujours pressés, surmenés, dirigés de tout bord et tout côté. Le poids s'accumule et il vient un temps où nous devons couper les liens avec la société pour nous retrouver à travers notre source de vie, un peu comme un incubateur pour un enfant-né prématurément. Beaucoup de gens trouvent l'inspiration dans cet endroit comme Monet qui peignait ses paysages en pleine nature, Cristo qui intervient directement sur le paysage lorsqu’il réalise ses lands arts. Pour Glenn Gould, pianiste et personnalité de la radio, l'idée de passer du temps dans la nature du Grand Nord lui offrait : " une occasion d'étudier cet état de solitude qui est exclusif" . Même que des écrivains canadiens, de Northrop Frye et Margaret Atwood à Gaile McGregor et John Moss, ont offert une interprétation de notre littérature en termes de créativité particulière à une nation, inspiré par la présence d'une zone pionnière, le paysage de l'Arctique.
Même si internet diffuse des milliers d'images d'une splendeur inimaginable, il n'est resté pas moins que celles-ci excitent seulement nos yeux, laissant nos autres sens rêver. Il faut toucher un cactus pour savoir qu'il est piquant, voir ces épines nous laissent un doute, mais y toucher nous le confirme. Donc, pour savoir ce que c'est la nature nous devons passer du temps avec elle. Celle-ci nous apprend que le bruit peu être doux et enivrant à nos oreilles, que la senteur peu être naturel et que la tranquillité peu être disponible gratuitement. La nature nous prends dans ces bras et nous fait découvrir le vrai sens de la vie qui est d'être bien et heureux dans sa peau. Pour moi le meilleur traitement pour une "écoeurantite" aigu de la société c'est la nature !
Donc il ne faut pas ignorer et délaisser la nature parce que ce serait comme abandonner notre mère au loup. Nous pensons que le paysage est seulement une distraction mais elle est indispensable pour nous comme elle l'a été pour nos ancêtres : Adam et Ève.

Courriel

Vers le haut

Arts et technologies informatisées
Partenariat avec www.sagamie.org