Arts et technologies informatisées

À la manière d'Arcimboldo

par Audrey Meunier

À propos de ma démarche

Photo de Audrey Meunier

Mes créations

Forum télématique

«Comment me décrire en quelques lignes pour qu’à la fin de votre lecture, vous ayez une bonne idée de la personne que je suis. Tout d’abord, commençons par la politesse d’usage qui veut que je vous dise mon nom. Un nom plutôt commun d’ailleurs ; Audrey. Le nom de famille qui vient avec ça c’est Meunier. Ce qui fait donc Audrey Meunier.
J’ai vu le jour dans un petit village du nom de Chambord et j’ai abouti à Alma dans le cadre de mes études collégiales. Je suis présententement dans ma quatrième et dernière session en arts et technologies informatisées. J’ai décidé d’orienter mes études dans ce domaine car j’avais un goût prononcé pour les arts. De plus, il faut vivre avec son temps et comme nous sommes à l’aire du multimédia, j’ai donc choisi ce programme qui marie merveilleusement les arts et la technologie. Je dois cependant vous avouer que mon futur m’effraie un peu car je ne suis pas certaine de ce que je veux faire plus tard. Il est certain que je me suis posé la question à savoir quel métier j’exercerai plus tard. Mais de là à avoir la réponse, c’est une autre histoire.
Pourquoi avoir choisi l’eau comme thème pour me décrire ? Sortie tout droit de la nature, cet élément peut se révéler calme et paisible, mais il suffit d’une petite brise pour que la tempête se déchaîne (Ne voyez pas là un élément destructeur qui détruit tout sur son passage mais plutôt comme une petite goutte d’eau qui glisse sur la vie en essayant de l’égayer). Je suis d’un naturel souriant et plutôt optimiste alors je vis au jour le jour avec toutes les petites surprises que la vie me réserve.»

Mes creations

Mozaique

Profils



F-8

E-2

# 42

# 41

# 40

# 39

paves/F/42-F-8.jpg

paves/E/42-E-2.jpg

paves/42-42-01.jpg

paves/41-42-02.jpg

paves/40-42-03.jpg

paves/39-42-04.jpg

2001/02/05

2001/02/19

2001/01/22

2001/01/29

2001/02/12

2001/02/26


Forum télématique

THÉMATIQUES ABORDÉES

" L'Identité, le Portrait, le Territoire, le Paysage et l'Art total "

L'IDENTITÉ À L'ÈRE DES COMMUNICATIONS NUMÉRIQUES

Alain Laroche à écrit :
«Andy Warrol affirmait au début des années soixante qu’avec l’avénement des technologies de masse telles la radio et la télévision, tous auraient droit un jour à 5 minutes de gloire dans leur vie! Bien sûr, il faisait allusion à l’effet de banalisation des idées qu’entraine inévitablement la programmation des mass-média faisant en sorte que l’insignifiant devient un sujet important de l’existence. »
«Chacun espère être reconnu dans son milieu. C’est cette reconnaissance qui fait que l’on sait que ce que l’on fait, on le fait bien et que les autres l’apprécient. Bref, on veut tous avoir son petit cinq minutes de gloire, mais à l’aire des communications il est facile d’avoir ces quelques minutes de reconnaissance. Peut-être même un peu trop. Si tout le monde a son court temps de gloire, alors il s’en suit une banalisation de la chose. Si tout le monde le fait, l’attrait du nouveau passe et devient bien vite insignifiant.
Pourtant, le fait que tous peuvent avoir leurs cinq minutes de gloire entraîne aussi le fait qu’un petit geste insignifiant peut devenir une affaire immense. Un peu comme à la manière des commérages, ça commence tout petit et à mesure que le bouche à oreille se fait, la nouvelle grossit et grossit jusqu’à ce que ça n’ait plus aucun sens et ne ressemble même plus à la version originale. Alors un individus qui pose un geste insignifiant peut passer pour un héros et avoir ses cinq minutes de gloire. Les médiats sont très forts à ce jeux-là., ils vont faire une montagne avec un petit événement qui ressemblait plus à une petite colline. C’est du sensationnalisme ! Le pire s’est que les gens aiment ça et en demandent. Entre deux journaux l’un intitulé <<Un homme inflige une blessure mineure à sa conjointe>> et l’autre<< Un couple en vient aux armes>> Pour lequel des deux dépenseriez-vous votre monnaie ? Ce qui prouve que l’insignifiant peut devenir bien vite une affaire immense tout dépend entre quelles mains celle-ci se retrouve. Je trouve cela très dommage, car les nouvelles sont toujours modifiées afin de plaire aux consommateurs. Alors lorsqu’on voit une nouvelle comment peut-on savoir si elle est véridique ou non ?
De plus, de nos jours tout est banalisé. À commencer par la violence. On en voit partout à la télévision, on en rit même. Maintenant lorsqu’on voit une grosse tuerie dans un film, on trouve ça normal. Voir des hommes avec des biceps immenses avec une tonne d’armes sur eux ne nous surprend même plus. On est rendu habitué. Même les enfants voient ces films souvent classés 18 ans et plus. Alors, très jeunes, ils normalisent la violence ce qui n’est peut-être pas une bonne chose. Bref, les médiats ont tendance à tout banaliser ce qui a pour effet de rendre moins important ce qui devrait l’être et plus ce qui ne devrait pas. Ce qui fait qu’un geste important peut se retrouver à la dixième page d’un journal alors qu’un fait insignifiant peut faire la une de tous les journaux. Ce qui fait que chacun peut avoir son petit cinq minutes de gloire.»

Courriel

Vers le haut

Arts et technologies informatisées
Partenariat avec www.sagamie.org