Logo Lezard
Lézard # 13-14, Vol. 4 - Spécial double

l'APES

APES

 

Page 17 de 23


Lecture buissonnière II (suite)

Livres


L’écrivain dans la cité ?


essais

sous la direction
de Jean Royer









Tryptique

Le contenu de cette plaquette ne correspond pas à sa minceur. En effet, le 17e colloque annuel de l’Académie des lettres du Québec, en 1999, a posé des problèmes de poids, qu’on n’a évidemment pas résolus mais qu’on a placés dans des perspectives fort intéressantes. La personnalité des invités y était évidemment pour quelque chose : écrivains, poètes, journalistes et critiques culturels, gens de théâtre... Il s’agissait pour les divers ateliers de réfléchir à une série de questions toutes plus graves les unes que les autres : le statut social de l’écrivain, son engagement dans la société, le rôle de la critique, ses rapports avec les institutions culturelles, les médias et la société de spectacle... Pour Émile Ollivier, l’art et la littérature seraient des “dispositifs” chargés de consigner le discours de la contemporanéité, et l’écrivain ne peut se dissocier de sa “cité”, de sa société ; le travail de l’écrivain consistant à prendre des risques, il lui est aujourd’hui difficile d’“accumuler” – richesse, prestige oeuvre même – dans un monde “désenchanté” où les anciens récits ont fait la preuve de leur inadéquation et où tout est constamment à réinventer. Marie-Claire Blais produit un texte poignant où elle fait état de commentaires atterrants d’étudiants universitaires sur une de ses œuvres, Une saison dans la vie d’Emmanuel (trop noire, longue et ennuyeuse, sujet “disgracieux” de l’inceste, etc.) en s’interrogeant sur le silence auquel se sent presque contraint tout écrivain porteur d’un projet artistique sérieux, et en craignant pour la littérature décrétée “difficile” le retour de la même lourde noirceur que dans les années 60. Jacques Allard met en question le rétrécissement de la place de la culture littéraire dans les médias québécois, écrits ou audio-visuels. Serge Turgeon défend l’individualité et le droit à l’originalité des dramaturges trop souvent oubliés entre “les grands classiques” remis à la sauce moderne et “le théâtre-miroir”, juste une coche au-dessus du roman-savon télévisé. André Ricard défend aussi les dramaturges, qu’il s’agirait de délivrer des metteurs en scène (le texte et non la mise en scène constituant le fondement du théâtre). Bruno Roy chante les louanges de l’engagement associatif en évoquant son passage à la présidence de l’Uneq, et l’importance de la défense des besoins et droits sociaux des écrivains. Robert Chartrand) décrit le dilemme des critiques modernes, pris entre ce qu’il appelle “l’hypocritique”, mimétisme, paraphra-se, compte-rendu ou recension, et le refus des divers médias, ou leur tiédeur, quand il s’agit de dépasser l’anecdotal pour accéder à la substance profonde d’une œuvre ou d’un projet littéraire. Même son de cloche chez Danielle Laurin (de l’émission Cent titres), qui s’inquiète plus particulièrement de la contamination de la littérature par le spectacle à la télévision et ailleurs. Un roboratif texte de Monique Proulx, “En avoir”, situe très lucidement l’écrivain par rapport justement au désir, au fantasme frustré, au malentendu du succès médiatique. Bernard Pozier jette sur la question un regard de poète et d’éditeur, en concluant lui aussi qu’il ne peut s’agir que d’un engagement, d’un investissement à très long terme. Notre collègue Stanley Péan réclame un art de la lecture chez le critique qu’il invite à “cerner le projet esthétique et social au cœur de l’œuvre (...) et d’évaluer si (...) selon sa grille d’analyse personnelle, l’auteur lui semble être parvenu à remplir les promesses faites au lecteur” ; lui aussi regrette la démagogie et le mépris du lecteur sous-jacents au “trop difficile” qui salue trop souvent les œuvres ambitieuses, alors qu’il faudrait “communiquer le plaisir du texte”. Enfin, Gilles Archambault, toujours discret, invite l’écrivain à être ce “murmure qu’entendront les consciences (...) une certaine tonalité, une musique (...)”, et enfin à écrire dans “sa cité”, autrement dit, son propre univers, qui recoupe le nôtre sans s’y fondre.

Lectures Buissonnières : La suite

Vers le haut


Sommaire

Page 17 de 23

16

-Profil précédent

Portrait suivant

18



Dernière révision : 6 février 2001

Icone pour courrier à Raymond-Marie Lavoie
Raymond-Marie Lavoie