Logo Lezard
Lézard # 13-14, Vol. 4 - Spécial double

l'APES

APES

 

Page 12 de 23


Lecture buissonnière I (suite)

Livres


par Élisabeth Vonarburg

Le Roman policier en Amerique Francaise de Norbert Spehner

Une plaquette, 80 pages de petites textes à mi-chemin entre vignette et poésie, un retour par la pensée, mais sans nostalgie abusive, vers un pays, une lumière, des sons et des goûts qui ont coïncidé avec une période essentielle dans la vie de la narratrice, de l’auteure, et qui nourrissent encore celle-ci en secret : le début de sa libération. Pour cette déracinée de l’Allemagne houleuse de la première moitié du siècle, c’est dans l’ailleurs, en Afrique du Nord, et en Tunisie plus parti-culièrement, que la vie d’adulte – épouse, mère, à vingt-deux ans – a véritablement commencé. Les noms chantent, les notations de couleurs, les for-mes, les textures, les voix, les ruelles, les souks, les êtres, le désert, la mer, les reliques des temps anciens, autant de notations intensément sensuelles et présentes au souvenir mais qui passent sans appuyer, investies d’une charge affective qu’on devine (mais qu’on devine seu-lement) intense. On clôt sur une citation d’Albert Memmi, qui résume bien le projet de ce dévoilement pudique, presque austère : “Vivre un pays, peut-être c’est se taire en lui”.



Bleu sur Blanc de Marguerite Andersen

“Des souvenirs, je n'en ai pas. Je suis amnésique de naissance.” Encore un roman tordu sur le thème de l'identité, dira-t-on. On pourrait disserter ici sur l'importance de ce motif dans la littérature, en particulier québécoise, mais ce roman-ci ne se prête point à de doctes dissertations. Si le courant sous-jacent en est finalement assez sombre, voire tragique, le ton et la technique, tous deux d'une désinvolture exquise quoiqu'étudiée, en font un roman sans prétention déclarée sinon celle de nous mentir – une honnêteté rafraîchissante, dira l'un, toute post-moderne dira l'autre. Ce serait en effet une autre grille de lecture savante à infliger à cet ouvrage : étudier le jeu constant entre le protagoniste narrateur et le destinataire, jeu qui retour-ne sans dessus-dessous, tout en faisant de savoureux pieds-de-nez à la narratologie, la plupart des conventions de l'écriture romanesque, leur ventre mou à l'air.
Mais le mensonge revendiqué par le narrateur se situe justement au croisement de l'ontologique et du narratif : né sans mémoire, s'il faut l'en croire, il a décidé de se “forger une vie de toutes pièces (...) Et c'est là que tu interviens, soupçonneux lec-teur. Quand on a des souvenirs, réels ou inventés, il faut les partager.”
Je ne décrirai pas en détails la biographie fantaisiste et à géométrie variable du narrateur ; l'essentiel à en savoir, c'est que sa mère étouffait (littéralement) ses enfants d'amour et que son père était un assassin professionnel spécialisé dans les hommes politiques. Le narrateur héritera d'une fille prénommée Ficelle, qu'il aura délivrée lui-même du ventre d'une pas assez morte à la morgue où il travaille. Ils ont pour amis des frères siamois hispano-québécois tous deux appelé(s) Phil, (ce qui permet des libertés réjouissantes mais logiques avec la grammaire française), dont l'un est gay et l'autre hétéro. Un autre de leurs amis est un peintre génial et méconnu affligé du syndrome de Tourette (vulgarités langagières compulsives). Enfin, depuis son adolescence, un petit diable perche sur l'é-paule du narrateur, y plantant douloureusement ses griffes., Juge en forme de gargouillle qui le punit de toutes ses incartades, en particulier érotiques.

Lectures Buissonnières : La suite

Vers le haut


Sommaire

Page 12 de 23

11

-Profil précédent

Portrait suivant

13



Dernière révision : 6 février 2001

Icone pour courrier à Raymond-Marie Lavoie
Raymond-Marie Lavoie