Logo Lezard
Lézard # 11, Vol. 4 - Printemps 2000

l'APES

APES

 

Page 11 de 19

Lecture buissonnière

Livres

Cette nouvelle rubrique est consacrée aux lectures de nos membres,
et non à la lecture de nos membres. Fiction, poésie, essais, théâtre,
faites-nous partager vos vagabondages...


Qu’y a-t-il à l’envers d’une auteure dite “pour la jeunesse” ? Une auteure tout court, bien sûr. Ce n’est pas une surprise, ou ne devrait pas en être une. Ce qui pourrait surprendre, par contre, c’est le ton très sombre de ces onze courtes nouvelles — on croit sentir à l’œuvre un mécanisme de compensation, on pense “exutoire”: Les Sorts semble être aussi “ce qui doit sortir”... Mais peu importe. C’est la fulgurance dévastatrice de l’écriture faussement transparente qui compte (certains de ces textes ont été lus à la radio ; j’en imagine l’effet....). Très brefs pour la plupart, ils vont droit au cœur et continuent au travers, jusqu’à l’os.

Dans chacun un être féminin, vieille, enfant, adolescente, généralement le personnage principal. Un être en détresse, au bord de la folie, de la mort, du meurtre — et qui y bascule quelquefois comme dans le terrible “Ne réveillez pas le chat qui dort” (beaucoup de chats dans ce recueil, évidemment totems et projections, et qui subissent des sorts bien funestes). Solitude, malentendus (mais on n’a rien dit), incommunicabilité, abandons, abus, désespoir... Quelques touches de lumière, pourtant, bienve-nues, il faut le dire : dans “Le Paradis” deux être isolés, une vieille femme nouvellement propriétaire d’un duplex décati et son locataire, finissent par se rejoindre en rendant vie à la cour transformée en jardin. Et dans “Le Beautiful”, le texte le plus long du recueil et qui le clôt heureusement (au propre et au figuré : “Cette image me rend heureux”, dit à la toute fin le narrateur), un homme et une femme, encore, se libèrent ensemble de leurs fantômes, lui la femme aimée disparue, elle la sœur morte aussi mais perdue depuis plus longtemps. Ce n’est pas entre eux une histoire d’amour — et en même temps la tendresse vous en étreint pour ne plus vous lâcher. Une tendresse déchirée, déchirante, avec en contrepoint la colère brûlante née de trop de chagrins, voilà je crois la petite musique de ce recueil, discrète, mais précieuse.

Élisabeth Vonarburg

«Les Sorts»
Charlotte Gingras
(Vents d’Ouest,
1999)

Vers le haut


Page précédente Sommaire

Page 11 de 19

Page suivante




Dernière révision : 5 mai 2000

Webmestre
Icone pour courrier à Raymond-Marie Lavoie

Raymond-Marie Lavoie