Sujet : «Histoire d'I.L.»
(1ère partie)

Date : 25 janvier 1994

6 de 9EspacePrecedente

Envoyé par : I.L. à : A.L
Message :

« L'autoroute électronique bientôt ! », titrait-on. I.L. mal réveillé n'en croyait pas ses yeux. La réponse d'A.L. le laissait songeur. I.L. avait constaté avec surprise que son correspondant n'avait rien dessiné. A.L. représentait encore une énigme; celui-ci le lançait sur des pistes sans s'y aventurer lui-même.

Fallait-il craindre le progrès, l'attendre avec espoir ou s'en méfier comme la peste ? De toute façon, il finissait toujours par arriver. L'histoire de l'évolution et de la science permettait de vérifier que l'homme s'était de temps à autre égaré sur des points fondamentaux. Les technologies médiatiques en étaient encore, du point de vue domestique, à un stade primitif de développement. I.L. craignait, que l'on ne se hâte, en même temps qu'il reconnaissait l'importance de la chose ( après tout, hier justement en relisant des passages de La structure des révolutions scientifiques de Kuhn, I.L. avait retrouvé une phrase qu'il avait annotée quelques années plus tôt: «Les épisodes extraordinaires au cours desquels se modifient les convictions des spécialistes sont qualifiés [...] de révolutions scientifiques». Si cela en était une, I.L. craignait néanmoins que l'on n'aboutisse qu'à un fatras d'informations et de technologies supposément utiles, d'outils télématiques permettant de s'enfoncer encore plus dans la consommation, de constater chez-soi nos difficultés financières ou encore à l'implantation plus ou moins subtile d'instruments de contrôle de masse. C'est ce qui inquiétait I.L.; que l'acceptation trop rapide de toutes ces technologies n'entraîne à moyen terme une assimilation de la culture. Et si l'autoroute électronique ne parlait ni de culture ni d'art et bien il fallait en parler. De plus en plus, I.L. détestait la métaphore de l'autoroute; à cause des ratons-laveurs et des marmottes que l'on voyait souvent le long du chemin, la bouche ouverte, morts d'avoir tenté, sans expérience ou par négligence, de la traverser.

I.L. voulait plutôt réapprendre le monde autour de lui. Voir les montagnes, respirer l'air par la fenêtre ouverte, marcher à la banque régler son compte à découvert.

EspacePrecedente

Subventionné
par

Culture et communications QC

© Projet Outarde
Produit et réalisé par

Interactio Qui ltée.

Partenariat avec www.sagamie.org