Porte-Folio


Saguenay Arr. Chicoutimi QC Canada


« LA MAISON AU BORD DE LA MER »

Prix Boréal 2001 Meilleure nouvelle
" Les Dents du dragon ",
publié aux éditions À lire, Beauport, 2000

« Dans son dernier ouvrage, Élisabeth Vonarburg questionne plus particulièrement l’identité et ses mouvances, ses métamorphoses. «LA MAISON AU BORD DE LA MER» rassemble sept nouvelles dont les personnages combattent pour s’approprier leur vie, mise en danger par le désir ou par le pouvoir, dans un lieu lui-même menacé.

La Maison au bord de la mer, de Elisabeth Vonarburg

Les personnages, nettement caractérisés, impressionnent pourtant par leur fluidité. Il y a des parentés entre les jumeaux d’“Oneiros”, le couple formé par Eric et Galthéa dans “Janus” et cet autre couple rivé à l’impossible dans “Les Dents du dragon”. Cette fluidité marque aussi les rapports des personnages avec le temps et l’espace. Ils errent dans leur vie, dans les millénaires, ils vont de Paris au Nouveau-Sahara, de Baïblanca à la station patiale de Lagrange 4, comme les protagonistes d’une quête interminable. La matière vivante s’inscrit, d’une nouvelle à une autre, dans un continuum de transformations : les métames, ces humains issus d’une mutation, leurs hybrides et ces statues pouvant parler, penser et réagir à leur environnement.
La trahison et la confrontation avec la mort, autant que l’identité, mobilisent l’action. L’éclatement semble toujours proche, quand il ne s’est pas déjà produit. La mythologie, bien plus qu’une référence, sert de point d’appui, de médiation même, assurant par exemple la survie de Mari et de Narval dans une machine à rêver. Dans la plupart des cas, elle sous-tend une épreuve initiatique, ainsi celle de David dans “Janus”, ou encore ce guitariste apprivoisant son homosexualité grâce à une métame, Bali. L’évocation de Pygmalion, de Galathée, de Narcisse ou d’Icare est également tributaire d’une réflexion sous-jacente sur la création ; elle culmine avec la personnification de l’énigme, le Sphinx, dans la dernière nouvelle - que l’auteure appelle ironiquement “le plus ancien artefact connu”.

Plusieurs nouvelles, en particulier “Oneiros” et “Janus”, font songer à Shakespeare. On connaît le souffle épique de Vonarburg dans Tyranaël ; on le retrouve ici, atteignant la même force, la même ampleur, alors que la narratrice raconte le meurtre rêvé du frère par la soeur : “Avec un cri de rage inarticulé, Mari fait voler d’un revers de la main la sphère argentée. Mais elle s’élève sans se défaire, de plus en plus haut, jusqu’à oblitérer la lune elle-même — et maintenant, c’est le visage de Narval qui contemple Mari depuis le ciel, désespéré, implorant. Elle le frappe. Ou elle croit le frapper. Comment pourrait-elle frapper le ciel ? Mais elle frappe, à poing fermé, elle sent l’impact du coup contre ses jointures.”
L’écriture d’Élisabeth Vonarburg est toujours précise, nerveuse, déliée et sensuelle. L’auteure ne craint pas l’image qui parle fort (Muhad, un ami de Paula Berger, dit un jour après avoir s’être métamorphosé en créature volante : “Qu’est-ce qu’ils peuvent bien contre nous, les normaux? Ils ne vont pas me balancer dans le vide avec une charge d’explosifs dans le cul, non ?”).

Une écriture fantasque donc, capable de renversements et de métamorphoses, tout comme la matière ; elle est parfois fébrile et saccadée, parfois lente et majestueuse. Au service des personnages, de leur prise de parole. Il en naît par moments une poésie insolite qui nous touche à la manière des Visiteurs de Prévert et Carné : ainsi cette Dormeuse en bleu, ce marcheur qui va s’asseoir et se minéraliser près d’elle, le Sphinx jouissant de son corps retrouvé au crépuscule. Cette poésie donne chair et souffle à des archétype et nous suivons Élisabeth Vonarburg, nous croyons à ces statues si proches des êtres vivants. Elle nous surprend chaque fois par cette faculté qu’elle a de créer une société, un monde : autant qu’une écrivaine, une anthropologue se mesurant à la vastitude de l’inconnu.»
Nicole Houde
© «
La Maison au bord de la mer », Alire, Beauport, 2000

Extrait de la première nouvelle, « Oneiros », p. 11-29)


Vers le haut
Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 26 septembre 2006

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre