Répertoire artistique régional


304, Scott Est, Alma QC Canada

Code postal : G8B 1C2

- Tél. : (418) 480-1172

Arts de la scène

Théâtre

AutresComédien - Metteur en scène - Réalisateur (Voir Curriculum Vitæ)
Président-fondateur du
THÉÂTRE À PRIORI inc. (Alma)

- Membre de l'UDA

Courriel : rickyt@sympatico.ca

Curriculum Vitæ
« À l’été 2004, heureux d’être de retour dans notre belle région (pour une “ixième” fois), j’ai choisi de m’établir à Ville d’Alma et de m’y investir, tant au niveau professionnel que personnel. Jouer, mettre en scène, se perfectionner, enseigner et vivre du théâtre, ici comme ailleurs, n’est pas toujours de tout repos et non plus sans apporter son lot d’insécurité. Souvent, à l’origine de toute démarche créatrice, il y a une blessure. Cette blessure nous a séparé de quelque chose qui était vital pour nous et, ce faisant, elle a marqué une partie de nous qui reste en exil au plus profond de nous-même. Le temps, parfois, transforme notre blessure en cicatrice qui ne fait plus mal. Dans l’exercice de notre métier, nous retournons continuellement vers cette blessure intime, pour la refuser ou lui rester loyal. Tout cela n’a rien à voir avec l’esthétique, les théories, ni avec le besoin de communiquer avec l’autre. Il s’agit plutôt du désir de retrouver une sensation de plénitude, une entièreté perdue. Pour se rencontrer soi-même, il faut se mesurer à l’autre, l’autre en nous ou l’autre en dehors de nous.

L’ACTEUR, SUJET ET OBJET DE SA CRÉATION ...
Quand un acteur joue, il ne devient pas quelqu’un d’autre. Il ne peut se dissimuler derrière le personnage. La fiction n’a d’existence que par lui. Son jeu est unique et laisse transparaître - qu’il s’en défende ou non - la réalité toute entière de sa personnalité. L’interprétation d’un rôle, c’est d’abord une comédie que l’acteur se donne à lui-même. L’illusion commence par lui, par ce besoin qu’il éprouve de prendre l’apparence d’un autre pour se sentir vivre pleinement. Jacques Copeau écrit : “ l’acteur (...) ne peut rien donner qu’on se donne à soi-même (...) À la fois sujet et objet, cause et fin, matière et instrument, sa création, c’est lui-même. Là gît le mystère : qu’un être humain puisse se penser et se traiter comme matière de son art, agir sur soi-même comme un instrument auquel il faut qu’il s’identifie sans cesser de s’en distinguer, en même temps s’agie et être ce qu’il agit, homme naturel et marionnette”. Toute création part d’une contrainte acceptée. Pour se réaliser complètement dans son art, l’acteur doit renoncer aux prérogatives de son moi. Il doit abdiquer l’image qu’il se fait de sa personnalité et du personnage pour toucher le plus profond de lui-même, pour trouver une vérité au-delà de lui-même, c’est-à-dire pour être “créateur”. L’acteur qui cherche à plier les impératifs du personnage au gré de ses désirs ne parvient qu’à des formes d’expressions réduites.

La richesse inventive se paie d’une abnégation initiale, d’un renoncement aux idées préconçues, à tout ce qui entrave le surgissement de l’innatendu. La part la plus précieuse de l’acteur n’est pas dans ce qu’il veut, mais dans ce qui émane de lui à son insu. Aussi longtemps qu’un acteur s’intérroge sur la représentation de son moi - comment est-ce que je souhaite être vu par les autres? -, tant qu’il veut prouver son existence scénique par des arguments volontaristes, rien de primordial n’advient dans son jeu.»

Curriculum Vitæ


Vers le haut

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 5 juin 2006

Commentaires
Webmestre
Raymond-Marie Lavoie