Quelques oeuvres recentes

HERVÉ BOUCHARD
Jonquière, QC Canada


« PARENTS ET AMIS SONT INVITÉS À Y ASSISTER »

La Stylistique

Deuxième roman de Hervé Bouchard. « Parents et amis sont invités à y assister » fait entendre, par le recours à la forme dramatique, un chant collectif : un clan livre ses tribulations dans des lamentos funambulesques et « bassement comiques ». Figure centrale de cette polyphonie, la veuve Manchée, femme sans bras dans sa robe en bois, s'adresse à ses soeurs, à ses fils les chiens à tête de veau, à « l'épisodique Laurent Sauvé » joué par un fils de dieu — et à elle-même.

Faite de monologues entrecroisés, cette oeuvre fonde un monde tout à la fois labyrinthe et scène de théâtre, où la parole a force de mythe et fait corps avec les choses et les êtres qu'elle produit ; où l'angoisse est un « orphéon » de fils chiffrés qui joue fort pour les « spectatrons » ; où les tirades sont autant de lieux, cave, coin, voiture et kiosque... Où chaque vivant, « en Hamlet qui magasine », a des morts et des pères qui lui remplissent la voix d'histoires.

On retrouve dans ce roman le territoire de fiction découvert dans Mailloux, un Jonquière transmué, sorte de Yoknapatawpha du nord où le prosaïsme cru des vies et les épisodes grotesques sont inextricables. La véhémence qui soulève ce monde, alors même que pèse et le crayonne en noir la mort, fait de cette histoire un séjour dansé sur les rives de l'Achéron.

Parents et amis sont invités à y assister rappelle à quelle exigence poétique le roman peut répondre, et dans quelle liberté de forme il se donne alors — dans la continuité, ici, des oeuvres de Samuel Beckett, de Valère Novarina, ou du Gilbert La Rocque de Serge d'entre les morts et des Masques.

Extrait en 4e de couverture

« Chaque fois que je me réveille je me rappelle qu'ah ouais, il me manque deux bras, les deux que j'avais à la place du coeur, et puis j'ai mal dans le dos, chaque fois que je me réveille je me rappelle qu'ah ouais, mon dos me le dit : Laïnée, Laïnalinée, t'es mal amanchée. Je dors dans ma robe en bois comme l'esclave coupée d'un magicien. J'ai la tête pleine de sacres. Et puis mes jambes, mes jambes, ça fait longtemps que je les ai pas vues, je leur sens toute dure la graisse. Quelle comédienne aurait voulu qu'on lui coupe les bras pour me figurer ? qu'on lui tue le mari ? qu'on lui orpheline six fils prêts à la manger ? Si je parlais pas probablement que je cicatriserais. Faut pas se fermer, peu importe la couleur de robe de l'humeur qu'on a, je pense ça et ça sort comme ça, ça me déguise, c'est mon fard de pitrée du châtiment, ô, sans bras, viarge. Pas dire ça. Trouvez-moi une comique et enfermez-la dans c'te robe en bois, j'ai dit, et je lui parlerai par le trou. Fallait une comédienne assez cave au centre pour dire, une cylindrée à travers qui souffler, une qui sache crever dans la joie qu'on donne à peindre la misère. On en a pas trouvé et je suis sortie de ma vie. »
Extrait PDF
 

Publié 2006 chez Le Quartanier
Roman - 248 pages / couverture de Christian Bélanger
ISBN 2-923400-09-7


Vers le haut

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 8 avril 2008

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre