Quelques oeuvres recentes
1541, des Martinets, Chicoutimi QC Canada


Espace« PIKAUBA » (Roman) - Prix des lecteurs au 41e Salon du livre

Les lecteurs de « MISTOOK » se rappelleront que Senelle, l’amie indienne de Méo Tremblay, avait accouché d’un fils qu’on avait baptisé Léopaul. C’est le destin de ce fils qui est au coeur de Pikauba, le deuxième roman de Gérard Bouchard.

Dès l’enfance, Léo sent en lui des forces contradictoires. Son attachement à ses origines indiennes, à sa mère et à ses oncles lui inspire une profonde fidélité, tandis que la vie parmi les Blancs lui donne des envies de bataille et de conquête, suivant l’exemple de son père, dont les êtres et les paysages ne cessent de lui rappeler le souvenir. Pendant toute sa vie, ce Métis cherchera à réconcilier en lui l’Indien et le Blanc.

Grâce à son intelligence et à sa détermination, Léo réussira à mettre sur pied une grosse entreprise forestière. Très vite cependant, le succès de Léo lui attire l’hostilité de la bonne société de Chicoutimi, d’autant plus que Pikauba, le village peu orthodoxe que notre héros érige au coeur de la forêt, échappe à son emprise. En effet, loin de l’hégémonie de l’Église et des notables, les gens de Pikauba ont tout le loisir de créer un mode de vie à leur (dé)mesure et à leur image. Cela procure l’occasion à Gérard Bouchard d’élaborer une délicieuse utopie de ce que le Québec de cette époque aurait pu devenir si l’esprit pionnier avait pu s’y exprimer en toute liberté, ainsi qu’il le racontait si bien dans Mistouk.

Sur le mode de la tendresse, de l’humour et de la fantaisie, en même temps que sur un grand fond de vérité, Pikauba se veut donc une réplique à quelques autres utopies auxquelles la littérature québécoise a donné naissance au siècle dernier. Mais ce sont les dons de conteur de Gérard Bouchard qui frappent et séduisent d’abord le lecteur dès les premières pages du livre. Grâce à son art inimitable du dialogue, au plaisir communicatif avec lequel il reproduit la langue populaire, à l’intensité émotive dont il investit ses personnages, Gérard Bouchard signe ici un deuxième roman d’une liberté et d’un charme extraordinaires.

Et comme dans Mistouk aussi, derrière le pittoresque, la drôlerie et même la folie des personnages et des situations, se profile une émouvante quête d’absolu qui connaît ici un dénouement des plus inattendus.
- Lire un extrait du texte

Publié en 2005-03 - 576 pages
Sources : les
Éditions Boréal
- ISBN:
2-7646-0371-1

Ses publications

Au sujet de sa démarche


Vers le haut

Partenariat avec www.sagamie.org

Droit d'auteur
Dernière révision : 11 août 2011

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre