Jonquière
QC Canada


« SOUFFLES ÉTRANGES »

Recueil de poésies et de nouvelles

« Ayavi Lake nous entraîne dans son monde étrange, vrai et cruel. En la suivant au gré de ses poèmes et de sa prose poétique, nous retrouvons le nôtre.... Ayavi tient le fil d'Ariane et le cache ; sans doute est-ce pour mieux nous forcer à nous arrêter, à entendre ses cris et à réfléchir ?

Non sans malice, l'auteur provoque surprise et essoufflement. Embarquons sur sa pirogue et nous saurons comment les jeunes vivent le monde actuel, ce fruit de nos découvertes et de nos démissions. » (Quatrième de couverture)

Extrait :

Les matins câlins

Où êtes-vous matins
Aux pures aurores
Aux murmures câlins?
Que je livre mon corps
A vos pleurs si soudains
Tel aux dieux mon sort.

« Souffles Étranges »
2002 - Editions Cultures Croisées France
ISBN : 2-913059-12-0

Les éditions Cultures croisées ne font pas mentir leur nom en nous faisant découvrir Souffles étranges, le premier livre d’Ayavi Lake. Née en 1980 à Dakar, celle-ci est née de parents tous les deux métissés et elle semble faite pour les contrastes. Contraste entre les mythes occidentaux et africains évoqués, entre Médée et Mamy-Watta. Entre les contes ancestraux et un déterminé “ Je tuerai les traditions ”. Entre les styles d’écriture, poèmes courts ou prose, cette dernière plus convaincante à mes yeux. Contraste surtout entre un classicisme certain et des bouffées de violence et de crudité inattendues. Et d’autant plus frappantes. Le sexe, la misère, la mort, tombent brutalement en termes explicites et coupent le souffle. L’onirisme du baobab et de la pleine lune alterne avec le réalisme de l’hôpital, de l’enfant mort, de la puanteur. Contraste enfin entre les personnages, aux intérêts opposés, qui ont tous la parole sans qu’aucun verdict ne tombe. Qui peut juger le départ de cette femme ou la réaction des enfants qu’elle abandonne ? Cette lecture plonge dans un univers d’insécurité. Il y a bien des repères, mais ils semblent toujours s’opposer. Une clé, peut-être, au détour d’un texte, ouvre la porte d’un avenir auquel on veut croire : “ L’Afrique et l’Europe ! Leur rencontre : bestiale, mais divine et humaine (…) Personne, pas même Zeus, ne vous empêchera de vous aimer ”. Source : Anne-Marie Hochet-Kibongui www.interdits.net/2003juin/cultcrois.htm


Vers le haut

Droit d'auteur
Dernière révision : 20 novembre 2009

Raymond-Marie Lavoie
Webmestre